C’est à travers un point de presse qu’il a animé mardi 6 novembre 2018 au siège de son parti que le président du parti Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD) a dénoncé l’installation sans élection du maire de la sous-préfecture Karala (Beyla). Abdoulaye Kourouma a également profité de l’occasion pour mettre en garde.

Cette rencontre avec les hommes de médias s’inscrit dans le cadre de faire le compte rendu de sa mission à l’intérieur du pays pour l’installation des exécutifs communaux au compte de l’opposition républicaine et de son parti RRD.

Dans sa déclaration, il a fait un accent particulier sur l’installation du maire de la commune de la sous-préfecture de Karala, dans la préfecture de Beyla avant de menacer qu’il ne se laissera pas faire suite à l’installation illégale de Mory Condé qui selon lui ne respecte pas l’accord politique du 08 août dernier.

Les résultats de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) des communales du 4 février ont indiqué que le RRD a obtenu la majorité à Karala avec 9 conseillers sur 17. Le RPG Arc-en-ciel, 7 conseillers et l’UFDG 1 conseillé.

Pour l’installation du maire de Karala, le 03 novembre dernier, un délégué du ministère de l’administration du territoire du nom de Alhassane Kourouma, est allé à Karala dans une Jeep en compagnie de policiers, de gendarmes et de militaires venus de Seinko, Abdoulaye Kourouma.

« Ce délégué serait dirigé dans la concession d’un responsable du RPG Arc-en-ciel puis a installé silencieusement Mory Condé comme maire sans élection ».

Il a poursuivi son intervention en ajoutant qu’une vingtaine de minutes après leur départ de la zone, c’est par la voie des réseaux sociaux, qu’un élément du RPG publie la victoire du RPG Arc-en-ciel dans la sous-préfecture de Karala, sans qu’une élection ne soit organisée entre les conseillers élus conformément à la loi.

« Ce qui a provoqué la colère des populations de Karala, qui se sont dirigées chez le maire pour lui retirer le tricolore, le cachet et les documents administratifs »,

Le maire installé a été sommé de quitter la sous-préfecture. D’après Abdoulaye Kourouma, le préfet de Beyla aurait déployé dimanche dernier, deux pick-up de la CMIS, à Karala.

Les agents de cette unité, qui se sont livrés à des jets de gaz lacrymogènes sur les habitants, ont fini par être neutralisés par ceux-ci.

Par ailleurs, Aboulaye Kopurouma a mis en garde le gouvernement contre toute violence à Karala.

« Nous demandons au gouvernement de s’abstenir de déployer les militaires ou les gendarmes dans cette localité. Si jamais, nous avons des blessés par balles ou des cas de mort, nous allons répliquer de Conakry à Youmou et nous allons nous venger. On ne va laisser parce qu’on ne peut pas comprendre comment des gens qu’on nourrit peuvent se permettre à nous tuer. Donc, je mets en témoin à l’opinion nationale et internationale ».

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34