La Guinée, à l’instar des autres Etats membres de l’Union Africaine a célébré ce dimanche 18 novembre 2018 la Journée Africaine de la Sécurité Routière qui a coïncidé avec la Journée Mondiale du Souvenir des Victimes de la Route ; sous le thème “les devoirs du citoyen face à l’insécurité routière”.

Pour instaurer la célébration de cette journée, l’Organisation des Nations Unies et l’Union Africaine sont parties de statistiques inquiétantes relatives aux accidents de la route.

Dans son discours de circonstances, Aboubacar Sylla ministre des transports a dit  que selon des statistiques fournies par ces deux institutions, dans le monde, plus d’un million deux cent mille personnes (1.200.000) meurent chaque année dans des accidents de la route.

 

Soixante cinq pour cent (65%) de ces victimes sont des piétons dont 35% d’enfants. Et plus de 30 millions de personnes sont gravement blessés et handicapées suite à un accident de la route. Dans la tranche d’âge allant de 5 à 44 ans, les accidents de la route sont la deuxième cause de décès. Notre pays, paie un lourd tribut à ce fléau aux conséquences socio-économiques très graves. En effet, sur nos routes nous enregistrons tous les jours et de manière croissante des accidents de la route aussi graves les uns que les autres. Selon les statistiques non exhaustives des services spécialisés de la Police et de la Gendarmerie, 21 890 cas d’accidents se sont produits durant les cinq dernières années sur les routes guinéennes avec 2 781 tués et 13 711 blessés qui, parfois décèdent après ou se retrouvent handicapés à vie”, a-t-il indiqué.

À l’en croire, pour mieux maîtriser les questions liées à la sécurité routière, le Gouvernement a pris une série de dispositions qui sont entre autres: la promulgation de la Loi portant Code de la Route de la République de Guinée; la Promulgation de la loi portant organisation du transport routier et des intermédiaires de transport; l’obligation de l’usage de la ceinture de sécurité pour les passagers à l’avant des véhicules;l’obligation du port du casque protecteur pour le motocycliste et son passager; l’obligation de l’utilisation de dispositifs de pré signalisation des véhicules en détresse sur la voie publique; la réglementation de l’arrimage des chargements sur les véhicules routiers; l’interdiction du téléphone au volant; l’interdiction du transport mixte; la fixation des normes et les procédures du contrôle du gabarit, du poids et de la charge à l’essieu des véhicules; l’assurance obligatoire des véhicules; la mise en place imminente d’un organe directeur de la sécurité routière dénommé Agence Guinéenne de Sécurité Routière « AGUISER », qui sera chargé de coordonner d’impulser et d’orienter les actions à mener en vue de l’amélioration de la sécurité routière dans notre pays.

J’exhorte chaque citoyen, chaque usager de la route, à un comportement qui nous impose une vigilance, une discipline et une responsabilité dans notre conduite sur la voie publique”, a-t-il lancé aux citoyens.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

PARTAGER