Lors d’une interview accordée à notre rédaction la semaine dernière par le vice-président chargé des finances et de développement individuel de l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD), Francis Haba s’est largement prononcé sur certains sujets brûlants défrayant la chronique dans la cité notamment, le problème du fichier électoral concernant les législatives, la formation du nouveau gouvernement, le limogeage des directeurs de l’OGP et de l’OGC respectivement Paul Moussa Diawara et Sékou Camara de leurs fonctions pour malversation financière etc.

Nous vous proposons l’intégralité de notre interview

Aminata.com: Comment se porte votre parti ?

Francis Haba : L’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD) est un jeune parti politique qui a déjà participé à trois grandes élections. Cela veut dire qu’on a commencé à participer à l’émancipation de la démocratie il y a déjà quelques années. C’est un parti qui a été conduit par des grands hommes. Donc, une manière de vous dire qu’il se porte bien.

Aminata.com: Récemment, l’opposition Républicaine a rencontré l’OIF concernant le fichier électoral dans le cadre de l’organisation des élections législatives, Et, d’ailleurs, elle a rejeté ce fichier électoral, accusant qu’il recèle beaucoup d’erreurs.  Qua’en pensez-vous ?

C’est une bonne chose que cette rencontre ait lieu et étant donné qu’il manque une réelle volonté politique en Guinée. Donc, il est important que nos partenaires au développement comme l’OIF, la CEDEAO nous aident à essayer d’appuyer et d’auditer ce fichier électoral.

Vous n’êtes pas sans savoir que tant que ce fichiers comporte des doublons, tant qu’on ne s’est pas penché sur cette question de doublons, tant qu’on n’a pas revu ces questions de décès, on sait qu’en Guinée le taux de mortalité est plus ou moins élevé, Tant qu’on ne s’est pas penché à tous ceux qui sont nés depuis que le fichier a été mis à jour qui ont eu l’âge de 18 ans, on n’a qu’à dire qu’on va organiser des élections transparentes, on n’arrivera pas.

C’est pourquoi, il est important que nos partenaires au développement nous appuient pour qu’on puisse aller aux élections transparentes et crédibles. Donc, il est nécessaire et impérieux de revoir ce fichier électoral.

Aminata.com: Quel est votre avis par rapport au retard accusé dans l’installation des conseillers issus des  élections locale du 04 février dernier au niveau des différentes communes respectives ?    

C’est vraiment dommage et c’est une honte nationale. Quand on a été opposant pendant 40 ans, quand on a combattu un système qui était pour nous qu’on a appelé dictature, le système Conté. Pour moi, il serait important quand on vient au pouvoir, qu’on montre l’exemple.

Mais malheureusement, nous assistons à quelque chose d’extraordinaire en Guinée. Nous avons vu les pays voisins, qui sont des pays qui ont connu la guerre notamment, la Sierra Léon et le Libéria. Ces pays-là organisent des élections et en deux à trois semaines, tous les résultats sont publiés.

Il y a qu’en Guinée pour le moment qu’après une élection aussi moyenne que les locales, les conseillers élus ne sont pas encore installés dans les communes respectives. Et ça c’est un manque de volonté politique et ça également, c’est un blocus   du professeur Alpha Condé. Il y a qu’en Guinée que des élections peuvent être organisées et que le président de la république refuse que les résultats soient publiés.

Les résultats ne peuvent être publiés que quand ils sont conformes aux urnes mais tant que les résultats ne sont pas conformes aux urnes, comment voulez-vous  que les autres partis politiques acceptent que ces résultats soient publiés.

Il faut que ça soit effectivement des résultats qui sont sortis des urnes qui soient publiés. On ne peut admettre que des juges falsifient des résultats, que les commissions de centralisation locale falsifient les résultats.

C’est pourquoi nous nous sommes levés au sein de l’opposition, pour que les résultats qui sont sortis des urnes, puissent être publiés. On peut dire aussi que cette CENI aussi a montré ses limites. Chaque fois qu’on organise des élections, cette CENI nous déçoit.

Aminata.com: Qu’en dites-vous du nouveau gouvernement qui vient récemment d’être mis en place dont le premier ministre est Ibrahima Kassory Fofana ?

Ibrahima Kassory Fofana est de la vieille garde. C’est quelqu’un qui a travaillé au sein du gouvernement depuis longtemps. Il connait très bien cette administration. Alors, je ne sais pas si c’est un ‘’Messi’ comme on peut entendre certains le dire.

Mais tout ce que je sais, c’est que la Guinée là où elle n’est pas parce que tout simplement elle a été gérée par Kassory Fofana et tous ses collègues. Ce sont eux qui ont amené notre pays là où il est aujourd’hui.

Je pense  que notre pays serait aujourd’hui comparable à la Cote d’Ivoire, le Sénégal et le Ghana  C’est bien qu’il soit aujourd’hui premier ministre, c’est bien tout cet engagement qu’il a pris, notamment la lutte contre la corruption, l’assainissement, c’est pourquoi, nous pensons qu’il doit être jugé sur les actes qu’il va poser.

Tous les acteurs politiques ont été unanimes que le nouveau gouvernement qu’il y a eu de l’amateurisme quant à sa nomination. On a annoncé un gouvernement X, ils ont mis en place un gouvernement Y.

Aminata.com: Récemment, les directeurs de l’OGP et de l’OGC respectivement Paul Moussa Diawara et Sékou Camara ont été démis de leurs fonctions pour malversation financière dès après la prise de fonction du nouveau premier ministre, Ibrahima kassory Fofana , quel en est votre avis ?

Sincèrement, même étant de l’opposition, nous pensons que c’est un acte à encourager. Ce dont nous avons peur, c’est que ça soit un coup de communication gratuite  de la part de Kassory et du gouvernement.

Nous ne sommes pas sans savoir que la corruption, c’est énormément généralisé. De ce fait étant donné que le président Alpha Condé a pratiquement blanchi tous les présumés bandits à cul-blanc au temps Conté.

Tous ces ministres qui sont décriés, travaillent aujourd’hui avec Alpha Condé. Les villas se construisent partout, les étages partout, ils sont en train pratiquement de détruire le pays.

La gabegie financière s’est beaucoup plus installée, c’est de cela nous avons peur. Nous pensons donc que ce geste ne va pas s’arrêter à l’OGP et à l’OGC.

C’est pourquoi nous pensons qu’il doit continuer ce combat. Et nous pensons aussi que ça peut être un coup de communication étant donné que nous connaissons que tous les hauts cadres de l’Etat sont tous corrompus.

Aminata.com: Voulez-vous dire par là que ce geste de Kassory n’est qu’une tape à l’œil ?

Nous pensons que c’est de tape à l’œil. Mais, c’est déjà une bonne chose que ces actes-là aient commencé.  Comme je le disais tant tôt, il y’a un énorme moment des signes  de corruption qu’on peut observer à travers les quartiers. Donc, il faut que la lutte contre l’enrichissement illicite soit combattue à fond. Et que cette  lutte là continue à tous les niveaux. Il  ne faut pas que cette lutte-là soit sélective.

Aminata.com: Depuis le décès de votre leader politique à la personne de feu Ghandi Faraguêt Tounkara, qu’est-ce que vous prévoyez ?

Le président Ghandi, le peuple de Guinée et l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (l’UGDD) avaient un grand espoir avec lui qui est un homme de paix, et un professionnel en éducation, malheureusement après les présidentielles de 2015, Dieu nous l’a rappelé.

Alors, on n’y peut rien mais nous avons quand même observé une longue période deuil, puisse qu’il fallait quand même régler quelque chose qu’il a laissé derrière lui mais depuis quelques mois, la jeunesse du parti et les cadres que nous sommes, avons décidés de réorganiser le parti. C’est pourquoi, nous sommes en train de remobiliser la base en passant dans tous les quartiers de la ville de Conakry pour renforcer nos bureaux exécutifs de sections, nos comités de base.

Nous allons après cela, évoluer vers les congrès des différentes fédérations partout à Conakry et à l’intérieur du pays. Et, nous voudrions aboutir à un congrès avant les prochaines législatives.

Le congrès là va élire un nouveau président, un nouveau bureau exécutif et de façon qu’on puisse être prêt à participer aux futurs échéances électorales.

Votre dernier mot

Merci à vous, merci au peuple de Guinée et à tous les militants qui ont encore confiance à l’UGDD, qui ont foi au changement. Et, nous leur promettons de toute façon de lutter pour qu’il ait l’amélioration de leur condition de vie, de lutter pour que la population guinéenne puisse avoir ce qu’elle mérite.

Interview réalisée par Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

 

 

 

 

 

 

 

PARTAGER