Faya Millimono interpelle la classe politique: ” il ne faut pas tromper le peuple”
Noter l\'article

Invité dans une émission de la place ce vendredi 7 septembre 2017, le président du Bloc Liberal (BL), Dr. Faya Millimono, a exprimé sa position par rapport aux problèmes qui minent la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) , pour l’organisation des élections communales dans le pays.

Le président du bloc libéral Dr. Faya , est revenu sur la genèse de l’organisation des élections «  Pour nous au BL nous avons simplement une classe politique qui dit les choses et sont contraires. C’est pourquoi nous avons une CENI sous sa forme actuelle. Sinon en 2015, avant les élections présidentielles on était tombé d’accord de remplacer cette CENI du point de vue de la forme et du fond, si on avait agit on n’allait pas s’excéder aujourd’hui. Alors tout ce que nous vivons de nos jours est une prolongation des autres années écoulées.

Mais le problème de fond qui est là, je veux que nos amis qui sont parlementaires commencent à mener d’abord au parlement un débat consacré au budget des élections locales. Il ne faut pas qu’on se voile la face. La CENI, organise les élections, mais pas elle qui se donne des moyens. C’est l’Etat et l’Etat donne à travers l’acte que posent les députés et parmi ces députés il y a ceux de l’opposition. Donc le débat doit être d’abord à l’hémicycle au tour des 337 milliards qu’elle a demandé pour l’organisation des élections locales, combien se trouve dans notre budget rectificatif dans le projet de loi rectificatif. On parle de 100 milliards le manque à gagner 237 milliards. Alors les députés doivent mener le combat pour exiger la tenue des élections à travers le fond qui sera mis à la disposition de la CENI. »

Selon lui, les élections locales ne sont pas les présidentielles ou législatives les partenaires nous viennent en aide chaque fois, quand même il faut qu’en réalité pour une question de souveraineté, nous soyons en mesure d’organiser les élections locales à travers notre budget.

Poursuivant son intervention, le président de la quatrième force politique en Guinée Faya Milimono a déclaré: « je veux bien qu’on mène un débat sincère, la politique pour moi ce n’est pas la tromperie. Il ne faut pas tromper le peuple quant-on ne fait pas le vrai débat qui doit commencer à l’assemblée nationale. », précise t-il

Zézé Enéma Guilavogui pour aminata.com
Tel , +224 622 34 45 42
Zezeguilavogui661@gmail.com

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here