A LA UNELibre Opinion

Et si c’est le peuple qui veut de Cellou, et après ? ( Par Marouane)

A-t-il besoin de se justifier à chaque fois, alors qu’il s’est livré au même exercice pendant plusieurs reprises pour les mêmes accusations jamais prouvées ?

Je dis non. Cellou n’est ni plus ni moins qu’une victime de son destin et de sa popularité.

Ça se raconte par ici et par là, qu’il a fait ceci ou qu’il a fait cela. Mais jusqu’à date, ni un audit établit, ni un complice révélé et ni ce coupable reconnu n’ont cité Cellou dans la vente de l’avion Air Guinée.

Ni Dadis, ni Alpha n’a pu prouver la culpabilité du gestionnaire Dalein. Il n’est ni acheteur, ni vendeur, ni décideur de la vente et ni complice de près ou de loin.

Cellou n’est pas cet homme qui a eu un goût prononcé pour l’argent, ni cet amoureux démesuré des privilèges. Il n’a pas abusé de ses fonctions. Il suffit de voir le train de vie de l’homme pour mesurer son austérité et son désintérêt vis-à-vis de la chose publique.

Pourquoi c’est à chaque rendez-vous électoral, on veut brandir des audits ou menacer des potentiels vainqueurs pour recaler leur destin ou les contraindre au silence?

Personne n’est bête et l’opinion n’est pas dupe.

Malgré tout ce qui se dit ou qui se trame, ces anciens Premiers ministres bénéficient d’un grand soutien et de l’adhésion populaire.

A LIRE =>  Guinée: le juriste Mohamed Camara bénéficie d'un décret du Colonel Mamadi Doumbouya

Le peuple aime Cellou, Sidya, Kouyaté et autres.

Ils n’ont jamais été désapprouvés par ce dernier. Alors, il n’appartient ni à un homme sans légitimité sans légalité ni à un groupe sans reconnaissance à travers le suffrage universel de décider du sort de tout un peuple.

En France, Pompidou, Valéry Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Macron ont été ministre ou Premier ministre avant de briguer la magistrature suprême de leur pays.

Alors, je demande à Cellou de ne pas s’expliquer ni se justifier.

En démocratie, c’est le pouvoir du peuple, pour le peuple et par le peuple.

Seul le peuple a ce droit à travers son arme légitime et légale qui est le bulletin de vote de disqualifier quelqu’un.

Et si le peuple veut de lui ou d’un ancien Ministre ou Premier ministre et après ?

À bon entendeur, salut !

Par Habib Marouane Camara, Journaliste-éditorialiste.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »