Rate this post

A l’occasion de la célébration de la journée internationale du travail, le lundi 1er Mai, le président du Conseil National du Patronat de Guinée (CNP-G), Elhadj Mohamed Habib Hann, a annoncé de nouvelles ambitions pour non seulement aux responsables d’entreprises mais aussi et surtout aux employés.

Étant donné que le thème choisi cette année est : « protection de l’emploi, salaire décent pour le développement socio-économique de la Guinée », le président du patronat guinéen dit être très heureux de prendre part à la célébration de la fête internationale du travail. Je dois dire que la journée qui a été célébrée ce lundi en Guinée est une journée historique ; c’est une journée qui crée une synergie entre les employés et les employeurs. Nous notre volonté en tant que patronat, c’est de participer à cette journée, une façon pour nous de confirmer notre volonté à aider le secteur privé et aidé les employés à protéger les emplois dans notre pays. Car, on ne peut parler de secteur privé que lorsque les travailleurs sont là, a dit Elhadj Habib en marge de cette fête.

Aujourd’hui dira-t-il, le souci du patronat guinéen, c’est comment développer au tant que possible les conditions devant permettre à l’ensemble des employés d’avoir des conditions de vie agréables.

Pour réussir leur mission, des mécanismes ont été envisagés parmi lesquels, figure:, « la finalisation de la convention collective par l’Association Professionnelle des Assureurs de Guinée, un outil qui va permettre une garantie pour les emplois. Car, déjà, l’organisation dispose d’une fédération en charge de la promotion de l’emploi jeune. Autant nous pensons à améliorer les conditions de vie des travailleurs de par les conditions de travail permettant de rehausser à une augmentation éventuelle du niveau de leurs salaires, mais aussi de voir dans quel cadre on peut les donner une couverture en assurance ».

Pour Elhadj Mohamed Habib Hann, l’essentiel de la journée internationale du travail est une occasion d’envisager tous les paramètres qui permettent de créer d’emplois, de les protéger et de sécuriser des employés, mais aussi et surtout de créer un climat favorable aux conditions de travail.
Elu le 10 Décembre 2016, par 42 fédérations patronales membres du Conseil National du Patronat Guinéen lors d’un congrès électif dans la Salle du 28 Septembre du Palais du Peuple, Elhadj Hann dit que : « les membres du patronat sont engagés non seulement à aider les employés mais aussi de respecter les termes qui régissent les contrats des travailleurs ».

Le président du patronat guinéen a également saisi cette occasion pour parler de la crise qui a secoué l’institution à un moment donné, pour dire que : « il y’a crise certes au niveau du CNP-Guinée, mais nous sommes des Guinéens, nous avons tendu la main à tout le monde, parce que notre objectif c’est de ne pas de vivre de façon sectorielle, c’est de ne pas avoir des exclusions dans le secteur privé guinéen ; c’est pourquoi notre slogan (c’est l’unité, la prospérité et une synergie d’actions).Nous estimons que toutes les parties rejoindront la bonne raison pour qu’il ait beaucoup plus de retenu, moins de passions de façon à pouvoir permettre au secteur privé guinéen de s’unir davantage. Il est temps donc, d’aller sur une vision beaucoup plus positive et de demander à tout le monde de se mettre au tour de la table dont je suis le premier concerné. C’est pourquoi je lance un appel à l’ensemble du secteur privé, pour que nous puissions nous retrouver et essayer de trouver le mal et de l’extirper afin d’avoir un patronat unifié, a-t-il lancé.
Mais déjà le président connait les principaux maux dont souffrait le CNP-Guinée, d’abord il y’a congrès électif qui s’est tenu en mois d’avril dans les conditions qui ne sont pas normales. Ensuite, un autre qui s’est tenu le 10 décembre au vu et au su de tout le et au su de tout le monde, une façon de règlementer la structure dont l’objectif est de voir comment interpeller les responsables des grandes immensités des activités socio professionnelles. au cours de ce congrès, il y’a eu un bureau électif qui a été élu, donc pour nous c’est un problème d’incomprehension », a-t-il rappelé.
Il a conclu en disant qu’il faudrait que tout le monde comprenne que seul dans l’unité qu’on peut arriver à faire du secteur privé un secteur privé fort. Je pense que même dans la vision gouvernementale, les actions qui devaient permettre au secteur privé de se développer peuvent être empiétées du fait qu’une équipe d’opérateurs économiques émergent d’un côté les autres émergent de l’autre, a déploré Elhadj Mohamed Habib Hann.

Oumar M’Böh pour Aminata.com
+224 622 62 45 45/666 369 744
mbooumar@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here