A en croire le président de l’UFDG, rien n’empêchera la tenue du meeting de l’opposition républicaine ce dimanche 16 juillet dans la commune de Kaloum.

Faisant allusion à une déclaration de la présidente de la délégation spéciale de Kaloum qui s’opposait à toute manifestation dans sa circonscription, Cellou Dalein Diallo répond qu’ «on ne doit pas considérer une manifestation comme une provocation», a-t-il déclaré lors de l’assemblée générale de son parti ce samedi 15 juillet.

La reprise des manifestations ne fait pas l’unanimité au sein même de l’opposition. Les partis NFD de Mouctar Diallo, UFC d’Aboubacar Sylla et RDIG de Jean Marc Telliano ont décidé de ne pas y participer. «Personne n’est obligé de participer aux manifestations. Même si c’est un militant de l’UFDG qui ne veut pas, c’est son droit», précise-t-il.

Le chef de file invite également ses militants à ne pas céder à la provocation demain. «S’il y a des délinquants, les forces de sécurité vont s’en occuper».

«Depuis 2010, l’UFDG est victime d’une campagne de dénigrement, de calomnie et de médisance», estime Cellou Dalein, mais ajoute-t-il, «quand nous serons au pouvoir, on travaillera pour réconcilier tous les guinéens. On va créer un Etat des droits où les personnes et leurs biens seront protégés».

Après celui de Kaloum, l’opposition entend tenir deux autres meetings les 22 et 23 juillet respectivement à Matoto et à Ratoma qui seront suivis par une marche le 2 août.

Abdoul Malick Diallo

+224 655 62 00 85

dialloabdoul110@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here