A LA UNEPolitique

Cellou Baldé répond à Ousmane Gaoual : « il faut sortir de la rhétorque quant on porte la parole du Gouvernement »

C’est du berger à la bergère. Après Sékou Koundouno du Font National pour la Défense de la Constitution (FNDC), c’est au tour de Cellou Baldé, ce mardi, 20 septembre 2022 de répondre à l’ancien chargé de communication du parti Union des Forces Démocratiques de Guinée UFDG, qui s’est prononcé hier sur les ondes de la radio Fim FM.

Ousmane Gaoual Diallo, actuel ministre des Postes et Télécommunications et
porte parole du Gouvernement de la transition, a indiqué hier lundi que le mouvement FNDC n’existe que de par son logo et que l’UFDG a perdu de terrain. Il a estimé plus loin que les coalitions politiques guinéennes ne peuvent plus rien apporter de concret pour la réussite du cadre de concertations déjà enclenché. Des affirmations qui n’ont pas resté sans réactions.

« Le porte-parole du gouvernement de transition, Ousmane Gaoual DIALLO, a définitivement perdu le nord, à l’instar de la boussole de la junte. Mais qu’est-ce qu’on est en droit d’attendre véritablement d’un individu sans foi ni loi qui n’hésite pas un seul instant à débiter des contre-vérités tous azimuts sur FIM FM ? Pas grand-chose à mon sens», a de son côté, lancé Sékou Koundouno à Gaoual.

Et ce n’est pas tout. Comme pour dire que le porte parole du Gouvernement de la transition et l’ancien ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat ne fume plus la même moquette que ses anciens collaborateurs de l’ANAD, de l’UFDG et du mouvement social FNDC, Cellou Baldé a aussi enfoncé le bâton dans la plaie.

A LIRE =>  Dissolution de conseils communaux: les pertinentes remarques de l'avocat Maître Amadou Diallo

« Moi je crois que quand on est à un certain niveau de responsabilité il faut sortir de la rhétorique. Aujourd’hui tout le monde sait le desamour entre le FNDC et les nouvelles autorités de la transition notamment le CNRD, le Gouvernement. On sait que l’avènement du CNRD est l’une des résultante du combat mené par ce mouvement. Le ministre porte parole ainsi que nous autres, avons pris part à ce combat là. Je crois qu’il faut avoir de la retenue en se réservant de certaines affirmations. Quand on porte la parole du Gouvernement, on doit se rendre compte. Il y a de ces ommunications de règlement de compte qu’il faut éviter», a dit Cellou Baldé, coordinateur national des fédérations de l’UFDG de l’intérieur de la Guinée

Sâa Robert Koundouno

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »