La criminalité n’est-elle pas en train de toucher toutes les couches sociales de la Guinée? C’est maintenant le monde juvénile qui est en train d’être touché. La police vient de mettre hors d’état de nuire trois enfants présumés bandits dont l’âge varie entre 12 et 14 ans.

Abdoulaye Diallo, Mamadou Diouldé Barry et Ibrahima Bah ont été présentés ce vendredi 13 décembre à la presse comme étant des malfrats armés. La compagnie mobile d’intervention et de sécurité (CMIS), auteure de cette arrestation accuse ces trois mineurs de détention  d’un calibre 12 avec 4 cartouches et d’un pistolet.

 

Interrogé, Mamadou Diouldé Barry, un de trois interpellés tout en admettant détenir l’arme dément avoir  utilisée dans une quelconque attaque à main armée. Il soulignera plus tard qu’il avait bel et bien acheté le pistolet avec un de ses mais il voulait l’envoyer au village afin qu’elle puisse servir pour la chasse. “Je n’ai jamais utilisé cette arme depuis que je l’ai achetée“, insiste Mamadou Diouldé Barry.

 

Ibrahima Bah, un autre petit accusé, nie toute implication dans la détention d’arme de guerre. Il souligne que son sac qui contient ses effets scolaires aurait été dissimulé pour garder le pistolet et le calibre 12. Il s’est rendu compte tardivement. “Mes deux amis sont venus chez moi en me demandant  de leur filer mon sac d’école. Sur le chemin du retour,  je me suis rendu compte que mon sac était lourd. C’est là que j’ai compris qu’ils ont mis une arme dans mon sac, j’ai donc refusé de le reprendre. Je les ai laissé partir“, explique-t-il.

 

Gueta Nombeya, commandant de la CMIS de Yataya insiste sur le fait que les trois mineurs étaient bien complices d’utilisation d’armes militaires. Selon l’officier de police, le premier a été arrêté avec le sac contenant les armes puis les deux autres interpellés le lendemain suite à la dénonciation d’Abdoulaye Diallo. Avant que les trois enfants ne soient présentés à un tribunal pour mineurs, leurs interrogatoires se poursuivent dans le local de la CMIS.

 

L’arrestation de ces trois mineurs accusés de banditisme fait suite à une série d’assassinats, d’attaques à mains armées à Conakry et à l’intérieur du pays.  Des cadres de l’administration et commissaire de police avaient trouvés des morts dans des attaques nocturnes. La semaine dernière, le gouvernement a impliqué l’armée dans la lutte contre l’insécurité.

 

Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com
alpha.oumar@aminata.com
+224 666 62 25 24

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Les forces de l’ordre incapables d’assurer la sécurité veulent elles vraiment nous faire gober que ce sont ces enfants de moins de 15 ans qui sont responsables de la criminalité? J’espère que la presse va désormais se montrer plus rigoureuse au lieu de giber n’importe quoi. Comment les CMIS ont su que le gamin avait des armes dans son sac d’école. Est-ce avec ces pistolets aux calibre 12 qu’un commissaire a été abattu en plein Conakry aux yeux des locaux de police et de gendarmerie?
    De grâce, soyons plus exigeants et n’avalons pas n’importe quoi. On peut se poser d’autres questions pertinentes.

  2. attention les bandits ont encore des beaux jours devant eux si on commence à arreter des mineurs innocents etous de la meme ethnie pour les presenter comme des bandits je me demande où on va. c’est une guerre ethnique et les bandits n’auront pas à s’inquieter je vous assure

  3. je sui d accord avec HB comment les CMIS ont su que l arme etait sur le sacs de ce gamin c est dit n importe quoi il laisse les presumes hauteur de ce crimes ses promene tranquillement en toutes liberte que dieu nous aide

  4. Au lieu de jeter l’anathème sur les forces de l’ordre, poser la question d’abord à l’auteur de l’article comment les forces de l’ordre ont su qu’il y avait le pistolet dans le sac.c’est qui a été incomplete dans la narration des faits.

  5. C’est une honte pour la police guinéenne des citoyens sont en danger, d’autres ont perdus leur vie, elle se permet de nous présenter du n’importe quoi avec des enfants, même si ces armes appartien à ces petits mais les assassins continuent leur marche à travers le pays particulièrement à conakry, donc il ne faut pas que la police berne les pauvres citoyens qui ont leur vie ménacée avec cette bêtise.

  6. C’est vraiment une honte pour ces 6intervenants ou internauts dont mon frere KABA qui accuse de facon tres NAIVE la police guineenne(CMIS)de s’attaquer aux mineurs pour une possession ILLEGALE DES ARMES DE GUERRE.En occident,la police ne minimise pas UN SOUSPECT mais plutot CHERCHE a savoir son SOURCE DE FINANCEMENT ou de SUPPORT. La CMIS n’a cas chercher les COLLABORATEURS DE CES ENFANTS. LES NARCO TRAFICANTS,LES DETENTEURS D’ARME utilisent TOUJOURS les enfants,les vielles personnes pour traverser AVEC MARCHANDISES ILLICITES les frontieres,les camps militaires, ATTEINDRE les perimetres d’attaque jusqu’a la tombee de la nuit comme le cas de ces 3enfants.Donc oublions l’affaire D’ETHNIES,D’AGE pour juste permettre nos agents DE DEMASQUER CES CRIMINELS dans notre pays et dans l’interet de tout le monde surtout les RICHES. WA-SALAM.

  7. Voilà une fois encore la preuve que nous vivons dans un Etat ou le mensonge est érigé en système. Chacun cherche à se faire remarquer dans le mensonge. Ce sont ces enfants qui sement la terreur en Guinée ? C’est eux qui braquent les véhicules, violent les femmes et tuent des innocents ? C’est vraiment dommage pour la Guinée. Au lieu d’aller dénicher les vrais bandits, non, on nous présente encore de soi-doisant bandits (des gamins) le tout dans une coloration ethnique bien pensée. Je dirai simplement que le mensonge n’a jamais trionphé car Dieu aime la vérité.

  8. JE suis vraiment outrée. Des gamins, pour dire que c’est eux qui sèment lapanique dans le village. Il va falloir revoir ce système qui frise le comique de tout genre.
    Essayez, ne serait ce que pour peu, de voir l’avenir et le bien être de ce beau pays.
    Pardon! essayez pour l’amour de Dieu!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here