Rate this post

Le leader de l’union des forces démocratiques de Guinée(UFDG) et chef de file de l’opposition guinéenne se dit très indigné par la mort du jeune Ismael Bah tué par balles sur le chemin du retour de la marche du 20 septembre 2017 à Conakry.

“Il a été victime de cette violence qui a été finalement mortelle au niveau de Hamdallaye-Gnariwada. Ce sont les forces de l’ordre qui ont tiré sur lui et la balle a atteint ses intestins, il a été envoyé d’abord à Jean Paul 2, puis évacué après à Donka. Il a subi une intervention vers 2 heures du matin. On pensait que l’opération s’était bien passée. Je suis consterné qu’un autre militant de l’UFDG, qu’un compatriote perd la vie. Ce que je déplore encore, c’est que je sais aussi qu’il y a peu de chances qu’il bénéficie d’une justice comme toutes les autres victimes des manifestations politiques depuis 2011. Jamais une enquête n’a été diligentée pour situer les responsabilités. C’est inacceptable», a-t-il regretté.

Très en colère, cellou Dalein Diallo n’exclut pas une manifestation une manifestation de protestation avant la marche du mercredi 27 septembre prochain.

A l’en croire, l’opposition va se retrouver très rapidement pour tirer les leçons de cette manifestation. “On va voir si l’on doit attendre jusqu’au mercredi parce qu’il y a mort d’homme ou si l’on va organiser une autre manifestation pour protester contre l’assassinat de nos citoyens et l’usage d’armes à feu dans le maintien d’ordre. Tant que l’impunité est favorisée, ce genre d’acte de violence sera perpétré”, a-t-il indiqué.

Depuis 2011, environ 85 partisans de l’opposition guinéenne ont trouvé la mort dans des manifestations à Conakry.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com
(+224) 622 304 942

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here