Après Kérouané c’est Beyla qui se tourne vers les autorités du pays pour manifester contre le manque d’infrastructure routière dans certaines villes. Les jeunes de la préfecture de Beyla ont ralliés tôt ce mercredi matin la route principale qui mène Beyla-Kankan en passant dans les quartiers pour se diriger à la préfecture pour manifester contre les promesses fallacieuses.

La jeunesse de cette localité dise en avoir mal du non respect des promesses du président de la République, Alpha Condé. Ils réclament des engagements prisent par les autorités du pays pour la réalisation de certaines infrastructures pendant le 55ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée qui s’est déroulé en 2013 à N’Nzérékoré.

« La marche a commencé depuis 7 heures, les jeunes sont sortis massivement. Les revendications sont les suivantes. Le président lui-même est venu voir le marché soit disant que le plan du marché qu’il a donné que ce n’est pas ça qui a été réalisé.  Donc depuis ce jour jusqu’à maintenant là, il n’y a pas eu de suite ».

« Les routes sont  complètements   dégradées. On a plus de route, nous demandons à ce que nos voiries soient goudronnées. La nationale Beyla-Kankan en passant par Kérouané que cette route aussi soit bitumée », a dénoncé par téléphone Mamady Kassia Donzo, un manifestant sur place.

Les  manifestants scandent comme slogan vive Beyla, vive la Guinée, à bas les mensonges.

Par ailleurs, notre source d’information nous a informé qu’il n y a pas eu cours depuis l’ouverture des classes de cette année par manque d’enseignants.

Au moment qu’on écrivait cet article, une information nous ait parvenue venant de la foule pour dire que les manifestants ont été empêchés par les forces de l’ordre qui sont en train de les jeter de gage lacrymogène. Actuellement il y a un affrontement entre les jeunes manifestants et les forces de l’ordre de Beyla qui s’échangent des jets de pierre et de gage lacrymogène.

Ces deux derniers mois, les manifestations ne font que se succéder contre les autorités à l’intérieur du pays pour manque d’infrastructure. On peut citer entre autre Boké, Kamsar, Kolabougni, Kérouané et Beyla qui vient de rentrer dans la danse.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel: +224-620-10-70-71

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here