La pénurie d’eau devient de plus en plus récurrente à Conakry. Le constat en est que, dans la banlieue de la capitale guinéenne, plusieurs ménages sont frappés par cette crise. C’est le cas de Wanidara, Cosa et Bambéto où l’eau est devenue une denrée très rare. Les populations de cet axe s’approvisionnent difficilement.

Elles ne cachent pas leur indignation. «L’eau est source de vie, aucun ménage ne peut se produire sans elle», défend Hafsatou Diallo, habitante à Wanidara.

Poursuivant, elle a fait savoir que dans son quartier les pompes de la société des eaux de Guinée (SEG), sont toutes sèches. Les habitants s’approvisionnent en eau potable grâce aux forages alimentées par le courant qui est devenu rare.

« A cause du délestage électrique, nous puisons de l’eau la nuit, quand le courant revient. Ils nous arrivent de faire la queue jusqu’à 3 heures du matin pour en avoir », a-t-elle ajouté.

A Cosa, certains habitants se ravitaillent en eau par des charretiers qui viennent avec des bidons de 20 litres.

« Nous achetons un bidon d’eau entre 1000FG et 1500 FG. Pour avoir une quantité raisonnable, nous dépensons beaucoup d’argent. Et actuellement la vie est chère», a déploré Bintou Keita.

Poursuivant, elle a dit que c’est vraiment pitoyable de vivre dans ce genre de situation. « Mais bon, nous ne pouvons rien à part dénoncer », a-t-elle renchéri.

A Bembéto, le constat est alarmant. Pour s’approvisionner en eau, les citoyens font des files devant les pompes. Certains d’entre eux parcourent un long chemin pour trouver cette denrée.

« Malgré cette distance à parcourir, il va falloir passer un bon moment de la journée et une partie de la soirée pour se procurer quelques bidons d’eau », a dénoncé Alpha Oumar Diallo.

Cette aventure se poursuit toutes les fois que la société des eaux de Guinée (SEG) sert les populations. C’est-à-dire tour à tour. Donc, ils sont contraints de puiser le maximum.

Fatoumata lamarana Diallo pour Aminata.com-Nouvelles de la République de Guinée

Tel : +224-623-27-55-45

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here