El Hadj Mamadou Malal Diallo, président de l'Organisation guinéen de défense des droits de l'homme (OGDH)
El Hadj Mamadou Malal Diallo, président de l'Organisation guinéen de défense des droits de l'homme (OGDH)

Des salives de critiques ne cessent de couler depuis que le gouvernement guinéen a lancé les opérations de déguerpissement des populations de Kaporo-rails la semaine dernière. Ce mardi 26 février 2019, l’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’homme (OGDH) rentre dans la danse en condamnant cette initiative gouvernementale.

Selon Le président de l’OGDH le déguerpissement au centre directionnel de Koloma et à Kaporo-rails, comporte une dimension de violation des droits de l’homme.

« Cette opération est une violation flagrante des droits de l’homme », a dénoncé El Hadj Mamadou Malal Diallo chez certains de nos confrères.

Il a profité de l’occasion pour préciser que c’est une violation très grave des droits de citoyens. « On peut bien dégager des garagistes, des kiosques…Mais aller jusqu’à démolir des maisons d’habitation en mettant des familles à la belle étoile, sans leur montrer où aller, nous sommes complètement dérangés. Nous estimons que ça ne devrait pas se passer dans un État de droit. Ce que le gouvernement a fait c’est une violation », a-t-il estimé.

Très désespéré, inquiet de leur sort, les victimes de cette opération de déguerpissement, se sont constituées en association et elles ont saisi l’OGDH.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34