orange guinee guicopres uba guinee votre
Mohamed Bakary Keita, secrétaire à la jeunesse de l'UFDG
Mohamed Bakary Keita, secrétaire à la jeunesse de l'UFDG

UFDG : certains candidats déclinent leur projet de société

A l’occasion des élections communales prévues le 04 février prochain, l’Union de Forces Démocratiques de Guinée (l’UFDG), a présenté à la presse à son siège social mardi 16 janvier 2018, des jeunes candidats du parti des cinq communes de Conakry, de Manéah et de Dubréka.

Particulièrement la rencontre visait à ce que les candidats présentent de façon officielle leurs préoccupations tant que candidats de ces différentes circonscriptions.

Dans son intervention, le représentant de la commune de Matoto, Thierno Ousmane Doukouré a d’abord rappelé que sa commune couvre une superficie 37 kilomètres  carrés, elle comprend 37 quartiers et 226 secteurs pour une population estimée à  845.676 habitants. Pour les élections communales du 04 février 2018, une liste de 45 candidats a été présentée par  l’UFDG. Parmi lesquelles vous avez 12 candidats âgés de 21 à 40 ans. Soit 26,66 pour cent.

« Nous ne sommes pas que des jeunes, mais surtout, nous sommes des jeunes responsables. Car les défis qui nous attendent sont énormes. Ces défis s’appellent non effectivité de la décentralisation, mal gouvernance, manque de vision et d’orientation stratégique, insalubrité, manque d’emploi, l’insécurité, faiblesse des infrastructures sanitaires, sportives, scolaires, sans parler de lieux de loisir », a-t-il dénoncé.

Cette commune reconnue comme l’une des plus peuplées de la capitale Conakry, pour le candidat est grande et les défis immenses. « Pour paraphraser, je dirai que la commune de Matoto n’est pas assez grande pour nous, elle est pour nous de la jeunesse la grandeur et de la vision ».  

« Le vrai problème de nos dirigeants actuels est lié au manque de vision. Ils font des projets à la va vite qui ne fonctionnent jamais, parce qu’il y a pas eu de vrai réflexion et une adhésion de bénéficiaires. Il est temps que les dirigeants politiques respectent les guinéens. Pourquoi ce qui marche dans les pays tel que le Sénégal l’Ouganda ne marche pas chez nous ? C’est parce que les décideurs politiques ne sont pas des entrepreneurs, mais plutôt des fonctionnaires qui sont accrochés à l’argent pour détourner.  Une commune doit être gérée comme une entreprise avec la différence que la commune ne génère pas de bénéfice mais plutôt de service public qui doit bénéficier aux habitants. Il nous faut des professionnels pour permettre chaque franc guinéen devancé soit utile à la population ».

Le candidat, a promis qu’ils seront une équipe multidisciplinaire, inter génération et interculturelle  qui sera à l’écoute des besoins de la population. A la base, une vision au tour des thématiques tel que l’assainissement de la commune, la sécurité, l’emploi des jeunes, l’éducation, la santé, la citoyenneté, et entre autres.

De son côté la représentante de la commune rurale de Manéyah, Aissatou Diallo  ils sont 20 jeunes sur la liste sur 41 soit près de 50 pour cent. Pour la tranche d’âge de 21 à 40 ans, ils ont 20 jeunes soit un taux avoisinant les 48 pour cent et d’ailleurs la plus jeunes candidate vient de chez eux.

« Nous n’avons point le droit que nous a tutoyé sur notre sort car une solution sorte à nous, celle d’être uni et de croire à l’avenir. Nous lançons un vibrant appel à tous les jeunes de tous les bords politiques à se joindre à nous pour donner une éclatante victoire aux différentes listes de l’UFDG, car l’avenir de la jeunesse est du côté d’Elhadj Cellou Dalein Diallo ».

Pour celui de la commune urbaine de Dubréka, Diakité Gadicko, depuis 2016, la commune est gérée par l’UFDG, en 2010, ils ont été les majoritaires. En 2013, aussi ils ont été premiers. En 2015, c’est eux encore qui ont été premiers.

« Notre premier défi, c’est d’abord cherché les militants des autres partis qui n’avaient pas voté pour nous et consolider cette victoire habituelle. Pour cela, sur les concis à Dubréka, nous avons dix jeunes âgés de 21 à 40 ans sur 41 soit 24,39 pour cent. C’est une parfaite illustration de la confiance portée de la direction nationale du parti à cette jeunesse ».

Il a profité de l’occasion pour lancer un appel à l’endroit des jeunes et des femmes de tout bord politique confondu  d’ethnie, région, de sexe, car les guinéens sont  d’abord des frères avant d’être des politiciens.

Pour lui, à l’UFDG il n’y a pas d’animosité, c’est le respect, la fraternité et la victoire. « Nous voulons vivre dans un pays où celui qui n’a rien fait n’a pas peur. Nous voulons vivres dans un pays là où tous les guinéens s’unissent, nous voulons également vivre dans un pays là où il y a la sécurité, la pais et la dignité », a-t-il souhaité.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

 

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »