Taxi moto à Conakry: un métier qui fait vivre des diplômés sans emploi
Noter l\'article

Le taxi moto est devenu de nos jours l’un des métiers du secteur informel le plus convoité par la plus part des jeunes diplômés sans emplois en Guinée. Dans la ville de Conakry par exemple, plusieurs jeunes sortants des institutions d’enseignement supérieur pratiquent ce métier pour faire face à leurs besoins. Il est considéré comme un moyen de déplacement le plus rapide que les engins à quatre roues dans le transport urbain à Conakry.

C’est le cas de Mohamed Lamine Bangoura, étudiant diplômé en sociologie de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia(UGLCS), rencontré le mercredi, 16 août 2017, “je suis étudiant diplômé sans emploi depuis 2013. Je pratique ce métier depuis 3 ans, entre Matoto marché et le grand marché-Madina. La moto ne m’appartient pas, je suis obligé de déposer par jour au propriétaire 50.000 francs guinéens(GNF). Mais en plus de ce montant, je gagne entre 25.000 à 35.000 GNF d’intérêt par jour. Comme j’ai une ambition qui est celle de continuer ma formation poste universitaire pour être plus compétitif sur le marché de l’emploi, j’ai décidé de pratiquer ce métier, pour me permettre de financer moi-même mes formations”, nous a-t-il confié.

Pour Fodé Camara usager de moto taxi, malgré la pluviométrie actuelle et l’état des routes à Conakry, il utilise le taxi moto pour se rendre au service au centre ville (Kaloum), pour dit-il, éviter les embouteillages. “Le coût du transport des taxis moto est plus cher que celui des véhicules de transport en commun notamment le taxi, le bus et le muni bus. Mais je l’utilise régulièrement, par ce que c’est plus rapide, et ça m’arrange”, a-t-il indiqué.

Zézé Enéma Guilaavogui pour aminata.com
Tel ; +224622344542
Zezeguilavogui661@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here