Le maire élu de  Faranah Oumar  Camara voulant revenir  au  bercail pour  honorer  la  date de  l’installation  des  conseils  communaux a  dû se  heurter à la  mauvaise  volonté  du  préfet  qui  gobait  mal la  chaleur  de  l’accueil  que  ses  partisans  lui réservaient.

Joint au téléphone ce  jeudi, Oumar  Camara a  expliqué :

« lundi, je devais  être  à Faranah, la population a  voulu  me  réserver un  accueil  triomphal mais  comme  le  gouvernement  avait  interdit toute  marche  à  cause  de  la  célébration  de  la  fête  nationale ne  s’est entendu pour  le  mercredi, le  lendemain  le  préfet  s’est  transporté à la  radio  pour  dire  qu’il  n’est  pas  favorable à telle  réception  en  mon  honneur et  a  appelé  la  gendarmerie  pour  disperser  la  foule mais  la  gendarmerie  s’est  montré  compréhensive… »

Joint au  téléphone  par notre  confrère  Sam Samoura, le préfet Alpha Oumar Keita fatigué  dit- il par  les  festivités de  célébration  de  la fête  nationale  s’est  abstenu  de  tout  commentaire et préfère  laisser  l’opinion interpréter  comme  elle le  désire les  faits.

Oumar  Camara estime qu’il  n’y a aucun  précèdent  fâcheux entre  lui  et  le  préfet avant  ce  coup  d’éclat  et  estime  que  même  s’il  y’en  avait  un, les  administrateurs  sont soumis  à des principes  comme  la  neutralité  ou  l’impartialité.

Quant à savoir si  les  deux hommes  se sont  parlés le  sieur  Camara  répond  par  la  négative  tout en  estimant  qu’il  n’y avait pas  besoin  car  les populations  ont  montré  leur mécontentement  vis  à vis de l’administrateur.

Toutefois à la lecture de  ce  quiproquo, nul besoin d’être  mage  pour prédire des  rapports  tumultueux entre les  deux  hommes après  l’installation des  conseils  communaux.

Ousmane K. Tounkara, correspondant d’Aminata.com