Rate this post

Après avoir confié hier à Aminata.com qu’il n’a rien à dire sur l’arrestation du mardi 25 juillet 2017 de son confrère Mohamed Mouctar Soumah, alias Takana Zion. Le reggae-man Elie Kamano revient ce mercredi 26 juillet 2017 à travers sa page facebook, pour apporter son soutien à Zion prophète en interpelant le président de la république.

Contrairement à Takana Zion qui avait fustigé Elie Kamano et ses éléments du mouvement “le peuple n’en veut plus” sur une vidéo posté sur sa page facebook pour leur arrestation la semaine dernière, Elie a décidé de passer par la même procédure pour s’exprimer de l’arrestation de son confrère. Les commentaires et les partages ne cessent de pleuvoir sur la page facebook d’Elie Kamano suite à une déclaration qu’il a posté soutenant la libération de Takana Zion. Il a lancé un message au chef de l’Etat, Alpha Condé.

« M. le président : mes intarissables et inlassables inspirations me poussent encore ce matin à griffonner sur ce papier ces quelques mots: des mots bavant, décapant, croustillants, dénudés de tout sens. Oui M. le président, des mots porteurs de virus d’Ebola, mais qui représentent une de nos armes dans cette intifada ».

« Intifada contre ce lobbying mafieux qui sacrifie le peuple. Intifada contre les nouveaux colons qui dévalisent notre pays. Oui, intifada contre les nouveaux maîtres noirs monarchistes, propagandistes et oligarchiques. Mr le président, la vérité et l’histoire se confondent aujourd’hui en une seule et unique réalité qui a pour nom Démocratie. Cette démocratie n’a pas sa place dans des cachots. Elle n’a pas sa place dans les cimetières ou dorment les Norbert Zongo, Thomas Sankara, et autres. Elle a sa place parmi nous, dans notre société dont vous êtes le premier garant, et nous autres, leaders d’opinion, élus du peuple, société civile les seconds garants », a-t-il rappelé.

Pour conclure, le maréchal Elie Kamano a interpellé le président de la république sur la valeur que représente les artistes dans une société démocratique. « Si l’art est un instrument de vérité, alors aucun Artiste n’a sa place en prison. Si la marche est un droit constitutionnel, aucun citoyen n’ont plus n’a le droit d’en être privé. Mr le président: les Artistes n’ont pas leur place en prison ».

Arrêté pour avoir manifesté avec certains artistes guinéens contre les tares du pouvoir en place et la non modification de la constitution pour un troisième mandat d’Alpha Condé, le dossier du leader du mouvement Wonkhai 2020, Takana Zion sera présenté ce mercredi 26 juillet au procureur du tribunal de Mafanco.

Cette situation a pris de l’ampleur dans la capitale Guinéenne Conakry. Elle ne laisse pas indifférent le gouvernement guinéen, raison pour laquelle, le conseiller personnel du chef de l’Etat, Tibou Camara, a souligné que le célèbre artiste Takana Zion a violé la loi en organisant sa manifestation.

Ibrahima Sory Barry pour Aminata.com
Tel : +224-654-79-50-63

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here