Meeting des militants du RPG arc-en-ciel à Kaloum
Meeting des militants du RPG arc-en-ciel à Kaloum

Bien de personnes se définissent de nos jours comme  des communicateurs au  service  des  partis  politiques  au  sein  desquels  ils  militent.

Certains médias leur servent  de  plateforme où ils  se  livrent des  batailles  rangées  à coup  d’invectives et  de  menaces sans  oublier  les  quotidiennes  malédictions.

Ces individus ont-ils la bénédiction des  partis  politiques  qu’ils  prétendent défendre ou  le  font-ils  par  excès  de  zèle ? Et quelle est  la  position  des  cadres  politiques  de  ces  partis face  à cette dérive   grandissante ?

Idrissa Camara du RPG estime que  sa formation  politique a une  cellule  de  communication :

« Il y a  une  cellule  de  communication  à laquelle  appartiennent  beaucoup de   jeunes qui  de  temps  en  temps peuvent  se  manifester au  nom  du  parti, il  peut  aussi y avoir  des  intrus qui peuvent  appeler au  nom  d’un  parti. Dès  lors qu’on appartient  à un  parti  on  peut communiquer  au  nom du  parti  et  après  rendre compte. »

L’allié du  parti  Afia notamment  le  secrétaire  fédéral  du parti à Labé Mamadou Dian Diallo estime  que  sa  formation préfère mener  de  actions  concrètes  sur le  terrain  plutôt que  d’aller  à de  vaines joutes orales sur  les  ondes  des  radios.

Elu sous la bannière coalisée de l’UFR-BL aux dernières communales, Mamadou Dian  Mairie Diallo est  formel :

« Aujourd’hui dans les radios ceux  qui  communiquent  au  nom des  partis politiques  sont  des  militants, ce  qu’ils  font peut  quelque  foi aider  le  parti à rassembler mais  d’autres communications peuvent  empêcher le  parti  d’aller  vers  un rassemblement. Certains  communicants, c’est  la division qu’ils  prêchent. »

Nous avons dans le cadre de cet article tenté de faire réagir au sujet plusieurs cadres de l’UFDG qui ont tous subtilement esquivé notre rédaction.

Toutefois une frange des citoyens pense que ces pseudos communicants reçoivent une substantielle aide des partis concernés pour leur permettre de faire face à l’achat du forfait téléphonique.

Bien de ces personnes sont très  connus des  auditeur  de  la  région  aujourd’hui, c’est en  exemple Bah Ibrahima de Daka qui  ne  jure et respire que  par  l’UFDG, Mory Traoré qui sans  être à Labé  parvient  tous  les  jours à joindre  à temps  opportun  à réagir  et  à chambrer les militants de  l’UFDG en  présentant Alpha Condé  comme  une  bénédiction.

Maintenant, il reste à savoir si les  leaders  politiques vont  oser  au risque d’offenser leurs militants dont  on  parle  aborder  le  sujet pour délimiter  les  prérogatives  des communicateurs attitrés  des formations  politiques.

                                                                                                                             Ousmane K. Tounkara

 

 

PARTAGER