Les agents commerciaux de la société de loterie  Guinée Games travaillent dans des conditions difficiles. Depuis plusieurs années qu’elle a été installée en Guinée, ces agents chargés de servir  les clients parieurs dans les kiosques n’ont pas de contrat avec ladite société.

Malgré toutes les pressions qu’ils subissent tous les jours, 7 jours sur 7, de 7 heures à 18 heures, ils n’ont aucune garantie, ils travaillent sans contrat, ni de prise en charge. Ils se contactent d’un misérable pourcentage de 7% par jour, payé par semaine.

Selon une agente commerciale qui a intervenu sous l’anonymat, nous a expliqué que par rapport au travail, ce que les coordinateurs les ont dit, qu’il n’y a pas de contrat entre les agents et la société Guinée Games.

« Le contrat c’est entre eux. On souffre beaucoup avec eux parce que leur pourcentage est peut et à chaque fois, il y a un nouveau jeu. Nous sommes trop surchargés de 7 heures à 18 heures avec un pourcentage de 7%. Ça c’est vraiment très peut. S’il pouvait au moins nous augmenter sur ça, ça allait beaucoup nous arranger. Parmi nous il y a des mères et des pères de familles ».

Il a poursuivi son intervention en dénonçant certaines difficultés que ces agents rencontrent. Par rapport à la pièce, elle a témoigné que dès fois, il y a trop de manques de pièces. Quand les machines tombent en panne, pour régler ça, c’est tout à fait un problème. « Nous avons trop de problème avec la maintenance ».

« Quand on arrive à vendre par exemple  1.000.000 GNF, on a 70.000 GNF comme intérêt. On n’a pas un salaire fixe. Si tu ne vends rien, tu n’as rien. Tout dépend de ce que tu vends ».

Avec ça aussi, en cas de problème, les coordinateurs  viennent les retirer leurs machines et ils donnent à quelqu’un d’autre et les agents commerciaux n’ont pas où se plaindre.

Lors d’une conférence de presse animée à Conakry le 16 août dernier par la société PMU pour la course hippique en Guinée et la remise de gain 1.405.378.500 à un gagnant, cette situation d’exploitation abusive des agents de Guinée Games a été posée au directeur général de la LONAGUI, société chargée de régulariser les entreprises de jeux en guinée, Cherif Aidara a rassuré que les travailleurs de cette société sont pris en charge et ils ont tous un contrat. Une affirmation contraire à la réalité.

Lorsqu’on a essayé de rencontrer certains coordinateurs de la société Guinée Games sur ce sujet, ces derniers ont décliné toute rencontre avec la presse. On a appris aussi que ces derniers ont instruit aux agents commerciaux, de ne pas répondre aux questions de qui qu’on que qui viendra les poser des questions concernant leur prise en charge. Ils n’ont qu’à faire semblant devant ces gens, qu’ils n’ont aucun problème et ils sont bien traités par la société.

Affaire à suivre

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

 

PARTAGER