Une plaque de la Société des eaux de Guinée (SEG)
Une plaque de la Société des eaux de Guinée (SEG)

Alors que  de plus en  plus  de  personnes  se gardent de  boire  l’eau servie par  les  services  de  la  guinéenne  des eaux tant  à cause de l’environnement  du  barrage que du doute  qui entoure  le  traitement  fait  de  eaux.

Sur  la  question, le  chimiste  de service Mamadou Gando Barry nous  a  expliqué certaines subtilités  auxquelles la SEG est  soumise et  comment la travail de  traitement  est  assuré  tant  bien  que  mal :

« …La rivière  ici, elle  est  beaucoup  chargée surtout  pendant  l’hivernage, donc  ces eaux  de  ruissellement et  les impacts  que  ces  agriculteurs mènent  aux  environs de  cette rivière nous empêche de mettre  un  schéma de  traitement  fiable mais  malgré  tout ça nous  sommes  obligés de  le  faire  parce  que  notre mission , c’est  de  donner de l’eau potable à la  population de Labé.

A partir de l’eau  brute que  nous  recevons de  Toury, nous cherchons à utiliser nos  moyens  de  bord à travers  le  labo qu’on a  Toury pour  évaluer  les  éléments qui  sont  incontournables pour  un  bon  schéma de  traitement, c’est-à-dire  la  turbidité de  l’eau, la  couleur de l’eau  si  elle existe, trouver  aussi  le  PH, c’est  à dire de  l’eau  brute…

Nous introduisons et  chlore et ce chlore  sert à la désinfection  préventive des algues, mollusques e tout  autre  nuisible.

A ce  on  traitement ensuite  on  injecte l’eau  sulfate, vers  la  fin du  décanteur on  a une  eau clarifiée, cette  eau  passe  à travers les  filtres qui  laissent  passer  l’eau  filtrée et  retenir  les  matières en  suspension, nous en  tant que  traiteur  d’eau nous  mettons  vers la  fin  du  traitement une  bactérie  de  désinfection pour avoir  à la  station ici un  traitement d’un milligramme par litre, qui va  être orienté vers  la  ville  et  chez le  client  le  plus  éloigné que  nous  appelons  le  bout du réseau… »

Ousmane K. Tounkara