Ibrahima Kalil Dialloprésident du Collectif des jeunes démocrates (CJDG)
Ibrahima Kalil Dialloprésident du Collectif des jeunes démocrates (CJDG)

Quelques mois après son départ de la mouvance présidentielle, Ibrahima Kalil Diallo Président du Collectif des journalistes pour le Soutien aux Actions Présidentielles demande à Malick Sankon directeur général de la caisse nationale de la sécurité sociale, le ministre Bantama Sow et leurs amis favorables à une nouvelle constitution en Guinée d’abandonner le projet.

Depuis quelques temps, Monsieur Diallo manifeste de plus en plus sa farouche opposition au projet de nouvelle constitution.

 “Je demande á Malick Sankhon Directeur Général de la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale, à Bantama Sow ministre des Sports, à Makhissa Camara Directeur National des impôts, au Général Toumany Sangaré Directeur Général des Douanes et  ceux dont les noms se trouvent dans la liste du FNDC de démissionner s’ils ont le moindre sentiment patriotique. S’ils ne le font pas et ils continuent à faire la promotion de nouvelle constitution, ils risquent d’être rattrapper par l’histoire. Car même si le FNDC ne les avait pas mis dans cette liste, le peuple le sait déjà. Et je crois que cela n’est pas de nature à les arranger aux yeux de l’opinion au cas où les choses ne tournent pas comme ils prévoient. Je vais m’adresser particulièrement à Malick Sankhon, un homme que j’ai côtoyé pendant un bon moment et que je connais bien. Certes directement ou indirectement, j’ai fréquenté la plupart de ces gens-là. Mais je sais que Malick Sankhon a un cœur d’or car c’est non seulement un bon manager, un bon administrateur. Il a réformé la caisse, il a construit l’hôtel de Boké, il a construit l’hôpital de Gbessia en partenariat avec les Indiens, il a doté la caisse des instruments médicaux modernes bien que certains disent que ces matériels étaient destinés á la caisse nationale de prévoyance sociale et que ça devrait être gratuit. Au-delà de cette information non vérifiée, ce qui m’intrigue dans ça, c’est la cherté des prestations de la clinique de la caisse qui est censée quand même être sociale donc moins chère. Même moi, par deux fois j’envoie des examens médicaux là-bas, mais c’est toujours plus cher comparer aux autres cliniques. Sur le plan humain, c’est un homme social qui a aidé beaucoup de jeunes à trouver de l’emploi à la caisse ou ailleurs. À part cela, il aide beaucoup de familles démunies. J’en ai été témoin. Mais, la seule chose que je lui reproche, c’est sa doctrine politique, c’est-à-dire, il faut toujours rester avec celui qui est au pouvoir quoi qu’il arrive. Mais aujourd’hui, il doit comprendre que le monde a changé, les mentalités ont évoluées. Donc, vaut mieux être du côté du peuple quand il veut dire ou quand il dit non que d’être coûte que coûte, vaille que vaille du côté du pouvoir. Voilà les sages conseils que je lui prodigue. À Bantama Sow qui est sans doute un bon militant mais pas un bon homme politique qu’il comprenne que quand on est censé faire la politique on doit pouvoir gérer ses humeurs. La loi du talion en politique c’est pour le temps passé”, a-t-il lancé.

Et Kalil Diallo de conclure: “Aux autres acteurs et promoteurs du 3eme mandat, je leur demande humblement d’être du bon côté de l’histoire et de comprendre que nous ne sommes ni en 2001, ni en 2005“.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942