Sénégal : le leader du PUR, Issa Sall impute les violences de Tambacounda au camp de Macky Sall

Après les violences survenues en région entre partisans du PUR d’El-hadj Issa Sall et de ceux de Macky Sall entraînant un bilan déplorable d’un mort dans les affrontements. Outre ce drame plusieurs blessés sont à déplorer dans les deux camps avec 10 véhicules endommagés dont 4 par le feu.

Elhadj Issa Sall a tenu comme il l’a souligné lui-même à éclairer la lanterne des opinions nationale et internationale sur ce qui s’est réellement produit.

« J’ai été empêché de faire l’itinéraire qui pourtant avait été envoyé au président, ils (ndlr: les forces de l’ordre) pendant une heure… »

Selon le leader du PUR, après les étapes de Sarayah, Kedougou et une fois à Rambaud, il a appris avec la presse que dans un quartier où une partie de ses courtisans ont établi leur camp des problèmes sont survenus entraînant la mort d’un homme.

Elhadj Issa Sall a déploré le rôle négatif d’un commissaire de police qui aurait conduit le cortège dans un traquenard afin que des jeunes fassent pleuvoir des projectiles sur la procession.

Autre chose que déplore le patron du PUR, l’interpellation de 27 membres de sa garde rapprochée et de son cortège et personne dans l’autre camp.

Dans son ire, Elhadj Issa Sall dénonce un législatif et un judiciaire aux ordres de Macky Sall tout en estimant que la responsabilité du ministre de l’intérieur et celle du président sont en jeu dans les malheureux événements survenus. Même s’il a pris soit de préciser que le ministre de l’intérieur s’est ravisé en annonçant la même protection pour les cinq candidats.

Sept (7) avocats des plus valeureux que compte le Sénégal ont été constitués en pool pour conseiller le parti et étudier le cas des proches dans les mailles du système.

L’opérateur économique a aussi qualifié la blessure de certains journalistes qui couvraient consciencieusement la campagne comme une volonté du régime de Macky Sall de museler la presse.

Répondant à la question d’un journaliste dans la salle, Issa Sall a estimé que sa campagne reprenait dès ce jeudi et qu’il était obligé de marquer une pause pour communier avec les familles dont un proche a été tué ou blessé.

Ousmane K . Tounkara, corspondant d’Aminata.com