Samba Camara, président du mouvement Djoken Alpha
Samba Camara, président du mouvement Djoken Alpha

Invité de la rubrique  »l’invité de la rédaction de Espace Foutah, Samba Camara ancien fondateur du mouvement djokkein Alpha et du front d’adoption par référendum de la constitution en a profité pour aborder à l’aune de son regard certaines questions qui déchaînent les passions en Guinée en ce moment.

De La question de la constitution actuelle

L’actuel constitution, je la considère pas comme telle, pour moi une constitution, c’est un consensus obtenu par l’ensemble des populations d’un pays.L’actuel texte comme considère comme constitution n’en est pas une, d’autant plus que c’est un groupuscule de personnes qui s’est retrouvé et qui n’est mandaté par personne pour adopter un texte, au nom de la population guinéenne. Ça, pour moi, ce n’est pas une constitution…

Du Changement de constitution

…Les gens se trompent toujours, ils pensent qu’en parlant de la constitution ici en 2019 ou en 2011, cela change quelque chose, et ils restent cramponnés derrière l’idée que le professeur Alpha Condé veille un nouveau mandat.

C’est la même chose, puisque la loi n’est pas rétroactive, c’est au courant de l’un de ces mandats qu’il aurait changé.Les gens doivent se défaire de cet argument là…

Les gens pensent encore,que c’est lui qui est derrière cette demande, loin de là, nous avons vu qu’il va vers la fin de son mandat, alors si lui nous laisse comme ça, sans un texte de loi qui émane de la population, la classe politique actuelle que nous voyons, nous mènera droit vers le mur, vers le chaos, mais attention quand on fait le calcul, après le professeur Alpha Condé, celui qui draine les foules[ndlr: Cellou Dalein]qui est là, les deux premiers d’ailleurs sont des gens qui ont oronét le koudaisme dans ce pays.

Si ces gens là viennent prendre le pouvoir en République de Guinée avec une constitution taillée sur mesure, une constitution adoptée par un groupe de personnes où, ceux là vont nous emmener ?…

Le prac a dit qu’il laisse le soin à la population mais nous pensons que c’est une erreur de le laisser partir sans qu’il dote le pays d’une constitution qui émane de la population…

On ne peut pas confondre le professeur Alpha Condé à la constitution.

Le PRAC est un être humain, mortel mais les lois de la République restent et demeurent.

Toutes ces manœuvres ne visent- elles pas le même but ? Un autre mandat pour Alpha Condé ?

Alpha Condé n’influence pas le RPG. C’est le RPG qui le porte candidat même en 2015, il a fallu un congrès, il y avait même quelqu’un qui s’opposait…

Un candidat pour la forme?

Que ce soit pour le fond ou la forme, il y avait un candidat qui voulait briguer la magistrature suprême…

Donc en Guinée, après cette nouvelle constitution bien que le prof a le droit de se présenter, mais quitte au RPG de se retrouver,voir s’il va encore gagner ou pas.

Ça c’est notre cuisine interne.

Arrestations contre les opposants au troisième mandat

Aucune personne n’est arrêtée pour avoir dit non à la nouvelle constitution,voici ce qui arrête les gens, moi je suis pour la nouvelle constitution, j’organise une manifestation, toi tu es contre, tu quittes là bas, tu viens l’agresser.

C’est quelqu’un qui vient agresser un citoyen libre entrain d’exercer ses droits qui est arrêté.

Le FARC: Vous le voulez avec ou sans Alpha Condé ?

Il n’y a jamais une constitution où on note quelque part tel est candidat, tel n’est pas candidat, nous ne voulons pas de constitution comme ça.Nous voulons une constitution à laquelle les populations ont droit à la parole…

L’opposition n’a jamais marché pour qu’on respecte la loi mais elle marche pour le respect des accords.

On ne peut pas gouverner un pays avec des accords conclus entre 4,5 personnes dans un salon.

Les populations ne comprennent pas, c’est quoi la constitution, elles pensent que c’est comme le Coran, ça vient comme ça, elles oublient que ce sont les lois de la République et elles doivent venir d’eux…

Ousmane K. Tounkara