A LA UNEPolitique

Récupération des biens de l’Etat: «cette opération ne doit pas se faire n’importe comment», affirme Lansana Kouyaté leader du PEDN

L’ancien premier ministre guinéen est sortie de sa réserve ce samedi, 19 février 2022 à l’occasion de l’assemblée générale de son parti. Sur cette opération de récupération des domaines de l’État déclenchée par le CNRD il y quelques semaines, le président du Parti de l’Espoir et pour le Développement National (PDN), a dénoncé la cacophonie qui caractérise ce processus.

La polémique née au lendemain du déclenchement de l’opération de récupération des biens de l’État continue de nourrir des débats au sein de la société Guinéenne. Acteur politique tout comme de la société civile, chacun y va de son commentaire. Cette initiative du CNRD bien que saluée par une bonne partie de la population, mais la démarche est hautement critiquée de nos jours par certains observateurs, notamment des politiques. Pour cet autre leader, il apparaît judicieux de passer à un examen minutieux des documents afin d’éviter de commettre des injustices, susceptible de porter atteinte à la cohésion et à la quiétude sociale.

« La décision d’évincer ou d’enlever tous ceux qui occupent les domaines de l’État ou les terrains bâtis pour l’instant, il y a trop de cacophonie dans les interprétations. Pour ce qui concerne les biens de l’État, personne ne peut dire non. Quelle façon doit-on adopter ? Quelle méthode ? Ça ne doit pas se faire n’importe comment. Ce sont parfois des maisons qui sont occupées depuis des dizaines d’années. Donc, il faut savoir qui a acquis quoi ? Et dans quelle méthode et dans quelle condition ? Sans quoi, le tumulte va monter et nous serons tous là pour s’en plaindre. On veut la quiétude et la justice dans notre pays», a vivement souhaité le président Kouyaté.

A LIRE =>  Actualité guinéenne, résumé de la journée du dimanche, 20 mars 2022

À en croire l’opposant Guinéen, certains citoyens sommés de libérer ces domaines de l’État détiennent belles pièces de justification. C’est pourquoi il sollicite des nouvelles autorités de les examiner en toute sérénité, en toute transparente et toute légalité.

«J’ai parlé avec d’autres qui m’ont dit qu’ils sont là depuis 50 ans. Il faut passer par tous ces trames là pour savoir qui a raison ou a tort. Le déguerpissement d’une certaine façon jette les gens dans la rue et ce qui n’est pas souhaitable pour le pays», a-t-il laissé entendre.

Prince Koundouno

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »