Kindy Dramé, consultant en communication digital
Kindy Dramé, consultant en communication digital

Le dérèglement climatique est une réalité en Guinée le message est clair ! Il faut agir pour arrêter la déforestation de nos forêts et l’avancée du désert. C’est ce que doit absolument comprendre nos décideurs et population rurale, la journée nationale de reboisement ne doit pas être qu’une journée de discours et de mamaya il faut inciter les populations à protéger la nature et nos forêts il faut que les acteurs descendent sur le terrain.

Hier le chef de l’Etat. Le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, a présidé la cérémonie de lancement officiel des journées nationales de reboisement 2019 à Dubreka. C’est une belle initiative qui vise à restaurer et à préserver les forêts guinéennes. Au total, 1668 hectares seront reboisés durant cette campagne.

Il faut que cette initiative soit suivie et accompagnée car la Guinée doit faire attention, nous le constatons avec la faible pluviométrie de ces dernières années qui cause un grand tort à nos agriculteurs, et surtout le plus grand le manque d’eau dans nos barrages hydroélectriques, au moment où la Guinée investit de milliards dans ce secteur celui de l’énergie il faut veuillez à garder la Guinée comme le château d’eau de l’Afrique de l’ouest. Maintenant que nous avons identifié les problèmes, les solutions sont connues, il reste la volonté des hommes. Il faut arrêter les séances avec les présentations power point dans les conférences et discours, ce qu’on doit faire, on le sait.

Nous devons tous acteurs de la société civile, gouvernants et population locale se mettre au travail.  On reboise où on disparait. La déforestation, l’absence d’arbres a un impact certain sur le réchauffement climatique, donc je pense que le message est très clair, sans ambiguïté. Ce qu’il faut faire, c’est d’avoir des comportements éco-citoyens. Il faut que l’Etat durcisse les règles pour l’abattement des arbres et la vente de charbons dans notre pays et mette fin à ce massacre de notre environnement.

Je comprends qu’en Guinée les ménages pour faire à manger utilise plus le charbon de bois que le gaz ou l’électricité pour la cuisine. C’est là que le gouvernement, les start-ups doivent réfléchir à des techniques écologiques pour réduire l’utilisation du charbon par les ménages. C’est par exemple ce qui se fait au Madagascar avec le projet « fatana mitsitsy » foyers économes.

Ainsi, ces projets tendent vers la réduction de cette consommation, les foyers économes se trouvent être une alternative favorable, les ménages ne se détacheront pas de leur utilisation mais pourront contribuer à la préservation des ressources naturelles.

Pour la sauvegarde des forêts. Ces initiatives ont été prises afin de sauvegarder l’environnement. La surconsommation et la surexploitation des forêts menacent également l’environnement des hommes, de par l’accroissement de CO2 dans l’atmosphère.

La société « Burundi Quality Stoves S.A.» (BQS), est à l’origine de l’une de ces initiatives nouvelles de protection de l’environnement. Cette entreprise, fabrique des foyers améliorés qui réduisent la consommation du bois. Elle a également mis sur pied une unité de transformation des déchets en briquettes combustibles.

Ces briquettes, appelées « Tabara igiti » en Kirundi, ce qui signifie « Sauver le bois », sont fabriquées à partir du recyclage des déchets de café, de bois, de palmier, de canne à sucre et de tous les autres déchets agro-forestiers. « Ce que d’autres considèrent comme des détritus constitue notre matière première. Notre travail a donc un double aspect de nettoyage et de protection de l’environnement par la production de ce combustible », souligne Éphraïm dans une interview. Chez nous en Guinée nous pouvons aussi mettre en place cela particulièrement en Guinée forestière et aussi en basse côte avec les déchets du café, de l’huile de palme cela crée de l’emploi et également sauve nos forêt. C’est une idée à creuser pour les entrepreneurs et à l’Etat.

La situation est critique, il faut juste prendre la route Conakry Kindia pour constater au abord de la route un grand nombre de sac de charbons vendue par des villageois qui ont pris gout à cette argent je ne dirais pas facile mais faute d’avoir une autre économie elle se tourne vers la forêt et détruis tout. II y a des camions stationnés avec des cargaisons de bois sur la route de Kindia, de Dubréka.

J’appelle à la prise de conscience et à la rigueur des maires des localités à veiller à la coupe de bois.  Il faut également suivre les programmes de reboisement. Cela ne sert à rien si on ne les suit pas. Il faut l‘implication des populations qui doivent s’approprier le concept et le mettre en application. La presse à un grand rôle à jouer dans la sensibilisation et préservation de notre environnement.

J’invite le gouvernement, les gouverneurs de région préfet élus à la base à créer des pépinières dans les communes pour participer aux programmes villes vertes. C’est Un appel que j’espère de tout cœur sera entendu par ces derniers…

J’ai vu une publication sur Facebook qui m’a beaucoup plus l’idée est simple “Un anniversaire un arbre planté” tout est dans la phrase au lieu de dépensé des centaines de francs dans un gâteau et des boissons notre jeunesse peut aider au reboisement, vous fêtez votre anniversaire vous acheter une plante et la planter. Voici une idée de start-up ont pourrait mettre en place cela facilement une jeune entreprise pourrait mettre en place cela une éco start-up ;

Vous pourrez aller sur le site de cette start-up ou une application le jour de votre anniversaire acheter une plante et l’équipe de la start-up pourra choisir une forêt et y planté un arbre pour vous ; cela se fait déjà il y a un moteur de recherche qui le fait il s’appelle Ecosia. Ecosia utilise les revenus générés par vos recherches en ligne pour planter des arbres là où le besoin se fait le plus sentir.

Encore une fois il faut redoubler d’effort et agir maintenant pour notre environnement.