«Célébration de la journée internationale de la lutte contre le trafic et l’abus des drogues » est le thème d’une conférence animée ce vendredi 30 juin 2017 à la maison de la presse de Guinée par le Réseau Afrique jeunesse de Guinée (RAJ-GUI).

Cette conférence a connu la présence de responsables des services spéciaux de lutte  contre la drogue et crimes organisés et l’office de répression des délits économiques et financiers, du président du comité interministériel de lutte contre la drogue, de l’office central anti drogue(OCAD), le centre de psychiatrie de l’hôpital  Donka et plusieurs jeunes de la société civile.

Dans son discours, Dr Alpha Abdoulaye Diallo coordinateur de RAJ-GUI a fait savoir que : «Écoutez d’abord ; Écoutez les enfants et les jeunes » est le thème retenu cette année pour la célébration de cette journée internationale. Selon lui, cette journée est célébrée chaque 26 juin par les gouvernements et les sociétés civiles afin de renforcer l’action et la coopération aux échelons national, régional et international dans le but de parvenir à une société affranchie de l’abus des drogues.

« La célébration de cette journée a pour objectif de renforcer la sensibilisation au grand danger que sont les drogues illicites pour notre société. Le thème Écoutez d’abord ; Écoutez les enfants et les jeunes constitue une étape cruciale pour les aider à grandir sainement et en sécurité. Fondée sur des données scientifiques, cette initiative a pour objectif d’accroitre l’appui à la prévention de l’usage des drogues, un investissement efficace pour le bien-être des enfants, des jeunes de leur famille et de leurs communautés. En Guinée, la consommation des drogues et des substances psycho-actives constituent un réel problème de santé », a-t-il indiqué.

 

Pour cet activiste de la société civile, il faut nécessairement une conjugaison des efforts, une coopération internationale, un échange d’information et renseignement pour venir à bout de ce fléau. « Et aujourd’hui l’heure est à l’harmonisation politique  en matière de drogue », a-t-il ajouté.

 

Sékou Mohamed Diakité, Secrétaire général adjoint chargé des services spéciaux de lutte contre la drogue et crimes organisés a de son côté pris l’engagement de l’unité anti-drogue à mener la lutte sans merci contre la drogue en Guinée.

« Pour cela, nous avons besoins de trois éléments à savoir : la formation, l’équipement et la justice’’. Je suis surpris que la justice ne soit pas représentée à cette rencontre. Alors, il est important que la justice soit présente à ce genre de rencontre parce que les acteurs de la lutte que sont les officiers de police judiciaire et magistrats peuvent conjuguer les efforts et regarder dans  la même direction », a-t-il renchéri.

De son côté, Mohamed Lamine Fofana, ministre conseiller à la présidence chargé des relations avec les institutions républicaines a dit que c’est en 1980 que la lutte contre la drogue a été organisée mais de façon indépendante entre les États. «Arrivée à un certain moment la lutte contre la drogue a pris une certaine ampleur », ajoute-t-il.

La plateforme de la société civile sur les drogues en Guinée sous le leadership du Réseau Afrique jeunesse de Guinée développe des actions sur la prévention et la réforme des politiques en matière de drogues depuis cinq ans.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here