Alpha Condé, président de la République de Guinée
Alpha Condé, président de la République de Guinée

En présidant la clôture de la convention du RPG Arc-en-ciel pour le choix des candidats du parti pour les élections législatives de février 2020 le 23 décembre dernier au siège de sa formation politique, le président Alpha Condé a accusé ses deux principaux opposants : Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré d’être les principaux pilleurs de biens publics pendant le régime Lansana Conté.

Il y a lieu de se demander qu’est-ce que lui, il a fait depuis qu’il est arrivé au pouvoir en 2010. Beaucoup s’accorde à dire que les pillages ne sont pas moins importants au temps du régime Condé que celui de Conté. Des 10 millions de dollars US appartenant à la Guinée saisis à l’aéroport de Dakar en passant par les 700 millions de Rio Tinto, aux surfacturation dans la construction d’infrastructures, il est clair que les fonds publics ont souffert ces neufs dernières années. Sans oublier les trois milliards USD dépensés dans le secteur de l’énergie sans résultats et les deux milliards dans les infrastructures routières.

Il blanchit son premier ministre Kassory Fofana qui a été tout puissant ministre de Conté. Pourquoi cherche-t-il à dédouaner quelqu’un qui a piloté le projet du barrage Garafiri qui a été qualifié d’échec ? Kassory Fofana avait été accusé d’avoir détourné près de 274 milliards de francs guinéens pour aller s’installer aux États Unis d’Amérique où il aurait été l’étudiant le plus riche.

Il accuse Cellou Dalein Diallo ancien premier ministre et leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée d’avoir vendu des rails et Air Guinée. Pendant près de dix ans de règne, il n’a pas pu donner à la Guinée une compagnie aérienne. Pendant que Macky Sall a acheté une compagnie pour son pays.

Le gouvernement Kassory a récemment acheté un train de transport qui date des années 60 alors que le Sénégal et la Côte d’Ivoire se sont dotés de trains à grande vitesse (TGV) ultra moderne.

Amadou M’Bonet Diallo