Comme promis par le Gouvernement à travers le Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, les enseignants contractuels déployés dans les écoles publiques pendant la grève du SLECG, ont commencé à toucher le jeudi 31 janvier 2019 leurs primes « d’encouragement et d’accompagnement ». Cela, après avoir dispensé des cours pendant trois mois dans les établissements publics.

Si dans certaines préfectures ce paiement est effectif, dans d’autres ce n’est pas le cas, comme ceux de la Préfecture de Dinguiraye en Haute Guinée. ces enseignants plus d’une centaine aucun n’a encore été payé.

Selon le porte-parole des enseignants contractuels de la ville sainte d’Elhadj Oumar Tall, Oumar Mara : « nous sommes plus de 160 enseignants contractuels qui ont été recrutés pour donner les cours. Mais malheureusement nous venons de l’apprendre que nous n’avons pas droit à des primes. C’est pour dénoncer cet état de fait que nous avons organisé une marche pacifique hier jeudi pour réclamer nos primes. Le DPE nous a dit que la préfecture de Dinguiraye est exclue du paiement des primes des enseignants ».

A la question de savoir s’ils ont effectivement dispensé les cours pendant cette période de grève, il a répondu par l’affirmative : « nous avons bel et bien dispensé les cours aux élèves ; les preuves concrètes sont avec nous. Ces preuves sont nos cahiers de cours, les cahiers des élèves, les cahiers de compositions etc. » a-t-il rassuré.

A en croire Oumar Mara : « tous les enseignants contractuels ont signé des documents avec le gouvernement avant le démarrage des cours, c’est pourquoi nous exigeons le paiement immédiate de nos primes ».

Oumar M’Böh pour Aminata.com

+224 622 624 545/666 369 744

mbooumar@gmail.co

PARTAGER