Il y a  quelques mois, le ministre  en  charge  des  transports avait  réuni les  acteurs  impliqués dans  la  gestion du  pèlerinage pour  partager  avec  eux et sur  ordre  de chef  l’Etat  de nouvelles  mesures visant  à alléger les  formalités  pour  les  candidats  au  pèlerinage.

Etaient invités les  inspections  régionales des  affaires  religieuses, la  représentation diplomatique  saoudienne  accréditée en Guinée, les  agences  de voyage , quelques  ministres et  le  professeur  Alpha Condé.

Pour l’occasion deux informations principales avaient  été partagées l’émission  des  passeports  dans  les  chefs lieux  régionaux  pour  les  candidats  au  hajj et  la prise du  vaccin dans  les  mêmes  lieux, hélas, la  mesure  qui  avait  été saluée n’a pas  pu  se tenir.

Interrogé sur le  sujet, l’imam Rahtib de la  mosquée Karamoko Alfa  mo  Labé a expliqué ce qu’on  leur  avait  demandé à eux  inspecteurs  lors  du  conciliabule :

« …Ils nous ont  demandé de  passer  le  message comme quoi désormais, suite  aux  difficultés liées  aux  formalités du hajj, les  candidats  au pèlerinage  seront  réunis  au  chef-lieu régional d’où seront  émis  les  passeports.

Récemment, ils  sont  revenus  sur  cette  décision et  ont demandé à e  que  nous  passions à nouveau  le  message.

Le second point , c’était les vaccins, c’était comme  pour  les  passeports, ils  nous  ont  appelé pour  que  les  agences de  voyage et la  ligue  fournisse  les  effectifs et  que  la DRS fournisse  en  fonction  de  celles-ci les vaccins  qui  devaient  être  administrés à la  grande  mosquée.

Quelques jours  après, ils  nous  ont  appelé  pour  nous dire que  cela  aussi  a  changé et  que  tout se  fera  à Conakry comme  d’habitude… »

Ousmane K. Tounkara