Des militants et sympathisants du CPUG lors de la 3e assemblée générale du parti à Kamsar
Des militants et sympathisants du CPUG lors de la 3e assemblée générale du parti à Kamsar

Le Parti du Changement, du progrès et de l’unité pour la Guinée (CPUG) a tenu samedi 17 novembre à Kamsar, chef de lieu de la préfecture de Boké. A 14h, en provenance de Conakry, une forte délégation de CPUG conduite par son président, Ibrahima Sakho est arrivée à Conteyah, un quartier de la banlieue de la bourgade minière.

L’accueil des invités a été ponctué par des acclamations, des applaudissements. Puis, les sympathisant ont scandé de slogans en faveur de l’élection de M. Sacko à la présidentielle de 2020.

« L’homme de la situation« 

Marguerite Mara, militante du parti, a souhaité la bienvenue à la délégation à la 3e assemblée générale ordinaire du parti. Mme Mara a indiqué que le projet de société du CPUG peut permettre la Guinée de sortir de l’ornière. Rappelant le parcours riche et exemplaire du président, elle a ajouté que M. Sakho est « l’homme de la situation« . Emboitant le même pas, Lamine Doré, secrétaire général de l’antenne du parti à Kamsar a souligné que l’arrivée du CPUG sur la scène politique vise à lutter contre la corruption, le népotisme et la mauvaise gouvernance dans le pays.

Kamsar, « poumon de l’économie« 

Des membres du bureau du parti ont été présentés à l’assistance. Le « Doyen » Momo Bangoura, président de la coordination de huit quartiers de Kamsar a étalé un document contenant le projet de société du parti. Il a martelé que ces propositions de solution « pertinentes » sont les fruits d’une longue réflexion qui a tenu compte des problèmes réels du pays. « Ibrahima Sakho connait les maux qui gangrènent la Guinée. Il a les solutions pour sortir le pays de la pauvreté et de la misère« , a-t-il dit en langue soussou. « Kamsar est le poumon de l’économie guinéenne mais aujourd’hui nous vivons dans la pauvreté. C’est inacceptable« , a ajouté M. Bangoura.

Ibrahima Sakho, président du Parti du Changement, du progrès et de l'unité de la Guinée (CPUG) devant ses militants à Kamsar
Ibrahima Sakho, président du Parti du Changement, du progrès et de l’unité de la Guinée (CPUG) devant ses militants à Kamsar

Elite égoïste

Après les discours des différents membres du bureau, Ibrahima Sakho, a tenu une allocution devant ses partisans. Il a rappelé que pendant 60 ans la Guinée vit dans la mal gouvernance qui caractérise son retard économiquement. « Tous ceux qui se sont succédé au pouvoir nous ont menti. Ils ont continué à nous mentir. Tous ceux qui n’aiment pas la Guinée nous allons leur dire en 2020 au revoir car ils n’ont pas leur place en Guinée. Nous avons tout ici, malheureusement, nous avons une élite qui nous ment, une élite égoïste. Ensemble nous allons gagner contre eux. Et je suis sûr que nous allons gagner en 2020. Je demande à tous ces hommes politiques, Cellou Dalein et Alpha Condé d’avoir de la peine pour les Guinéens« , a insisté le Président du CPUG. « L’école guinéenne n’existe pas, le système de santé n’existe pas, la seule chose qui reste aux Guinéens c’est la paix et cette paix il faut la préserver« , a-t-il ajouté.

« Je suis différent d’Alpha Condé« 

Des membres du bureau exécutif de CPUG
Des membres du bureau exécutif de CPUG

Des après son speech, des questions-réponses ont été enregistrées. Mory Soumah, diplômé en droit privé, au chômage depuis 10 ans a demandé au Président du parti sur sa politique de l’emploi. Le jeune leader politique a répondu que son projet de société met avant l’agriculture. « Quand je serai élu Président, je vais me baser sur l’agriculture pour réduire la pauvreté et le chômage. Ne voyez pas mon accent. J’ai eu une bonne formation« , a-t-il souligné.

A l’en croire, son enfance suivie de sa carrière entière à l’étranger n’est pas un handicap pour lui. « Je connais bien la Guinée. Je suis différent d’Alpha Condé qui n’a jamais travaillé. J’ai travaillé pendant toute ma vie. Je connais la souffrance de ce pays. Quand je serai élu, vous serez fiers d’être Guinéens« , a-t-il martelé.  M. Sakho a donné l’exemple de Paul Kagamé qui est né en Ouganda voisin mais pour s’être entouré de bons cadres, a accompli un miracle économique. Des croissances économiques soutenues et saluées par les institutions financières internationales qui parlent du « modèle rwandais » en Afrique.

Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com

alphanyla@gmail.com

+224 628 38 98 39

 

PARTAGER