Peuple civilisé, dirigeants autocrates!

Une marée humaine lors de la manifestation du Front national pour la défense de la constitution (FNDC)
Une marée humaine lors de la manifestation du Front national pour la défense de la constitution (FNDC)

Camarades, salut!

Que tous les gardiens de la légalité ( disons de la constitution) qui ont envoyé avec clarté leur message au Prac soient félicités et encouragés. Sanoh, Koundounoh, Bill, Badra et qui d’autres, avaient de quoi être fiers partout où ils se trouvaient ( peu importe l’endroit). Leur rêve de mobiliser le peuple est bien une réalité .

Le jeudi 24 octobre 2019 notre camp, celui du peuple qui souffre, qui végète , qui lutte contre la dictature et ses affres, a tenu à montrer sa vraie image. L’image d’un peuple qui sait se comporter et revendiquer ses droits les mains en l’air arborant des T Shirts qui, à leur tour, font passer des messages clairs. Des messages hostiles à l’oppression et à la dictature. Des messages d’espoir parfois mais surtout de rejet de l’ignominie gouvernementale.

Le 24 octobre, le peuple a marché dans la paix et la tranquillité arpentant des routes dégradées et des caniveaux remplis d’ordures sous la bénédiction d’un régime aux abois.

Les manifestants civilisés, éduqués mais déterminés ont marché sans égratignure aucune. Du début à la fin. De ce fait, une leçon s’impose.

Le système en place est celui qui tue à tout va. Le système rentre dans les maisons et tire sur des innocents. Je n’oublierai pas ceux de Zogota, de Saoro de Galakpaye et qui d’autres ? Ratoma et son cimetière de Bambeto. Là où reposent nos héros.

Des scènes violentes parfois se passent dans le pays entre citoyens parce que l’Etat a mis en place un système qui a failli sur tous les plans sécuritaires. Et parce qu’il n’y a pas de sécurité, les citoyens se font violence.

Et quand l’Etat veut faire preuve de sécurité, il tombe dans l’excès et le crime par ricochet. Des meurtres prémédités.

Donc, quand l’Etat est absent, la colère et l’incivisme prennent le dessus.

Et quand l’Etat se présente, il nous insécurise lui-même.

L’Etat, la force publique en un mot, doit savoir jouer sa partition dans un pays pour la bonne conduite de la nation.

Peuple de Guinée merci pour la beauté et la clarté du message envoyé au Prac. Cependant, il est plus que jamais temps de tenir bon le cap jusqu’à la victoire finale qui ne sera pas un exercice facile. Appuyons sur l’accélérateur. À la résistance et à l’endurance, la dictature s’effondrera sur les Damaro et consorts en commençant par le Prac.

En avant, peuple épris de Vraie Démocratie.

Boubacar Barry

Citoyen Guinéen pour une alternance en 2020.