Rate this post

Le moins que l’on puisse dire, après deux journées de folles violences à Conakry, la Guinée a renoué avec le chaos qui s’est illustré ce mercredi 22 février par l’atelier organisé par le pseudo CNP dirigé par Kaba Guiter. La rencontre qui s’est tenue à l’hôtel chique de Noom dans la presqu’île de Kaloum a visiblement montré de la division au sein du Conseil national du patronat guinéen.

Et pour cause. L’atelier organisé par la Fédération des Organisations Patronales de l’Afrique de l’Ouest (FOPAO) à l’endroit du secteur privé guinéen a enregistré des ratés. Une occasion que voulait profiter le clan Kaba Guiter pour procéder à une récupération afin de tenter de se légitimer. Peine perdue, l’atelier s’adresse à tous les acteurs du secteur privé.

A l’intérieur de la salle de conférence où se tient la réunion, le gouvernement guinéen boude la rencontre. Ni le premier ministre ni aucun ministre et aucune institution républicaine n’ont répondu présents à l’invitation de M. Kaba Guiter. Un véritable camouflet qui n’est qu’à son début. Car, la mésaventure ne se limite pas là.

Déjà, sur 42 fédérations six étaient juste dans la salle. Les Syndicats véritables partenaires d’un patronat étaient aux abonnés absents. Les fédérations des huissiers et des médecins ont préféré boycotté la rencontre.

Dans la salle, une situation chaotique se déroule devant des partenaires internationaux notamment des représentants du BIT, FOPAO. Soudain, des proches de Kaba Guiter tentent d’expulser manu-militari Aissatou Baldé, activiste et militante de premières heures du patronat guinéen. Celle-ci enregistre une vingtaine d’années d’activisme et d’engagement au service du patronat. Aussi, malgré un rôle important qu’elle a joué pour une impulsion dynamique du patronat guinéen, elle a fait l’objet de colère explosive de Sékou Cissé. Dans une ambiance de confusion, ce dernier tente à nouveau sans succès avec 30 policiers de la vider de la salle. Elle résiste et refuse de se plier aux exigences de Sékou Cissé. Finalement, le clan décide de vider toute la salle dans le seul objectif de mettre dehors madame Baldé.

La Guinée est sortie humiliée et traînée dans la boue à travers le comportement désobligeant de certains de ses fils. L’atelier a été utilisé par les partisans de Kaba Guiter pour faire intégrer dans la salle certaines femmes fictives du grand marché de Madina alors qu’elles n’ont jamais été appartenues à un quelconque patronat.

Jean Kacou DIAGOU, président de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest (FOPAO) a vu le tohu-bohu et met à côté son discours et improvise un speech  à l’endroit des acteurs du secteur privé pour les exhorter à s’entendre. Un véritable discrédit pour un clan qui s’est vu à ciel ouvert décrédibilisé devant les partenaires mondiaux. A  suivre le témoignage de madame Aissatou Baldé sur son expulsion de la salle. A suivre le témoignage de madame Aissatou Baldé.

Aziz Dieng pour Aminata.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here