Accueil A LA UNE Où en est- on avec le projet ...

Où en est- on avec le projet de collecte et de recyclage des emballages d’eau minérale ?

Il y a  quelques  mois le  préfet  de  Labé avait  réuni les  unités  industrielles  agrées  d’alors  dans  la  production  d’eau pour  voir  comment  il  était  possible de  débarrasser la  ville  des emballages  de  leur  produits.
L ‘idée avait  été  saluée et  les  producteurs  d’eau  avaient  décidé  d’accompagner  les  efforts.
Pour  preuve  de  bonne  foi  chacune  d’elle  avait  donné  un  montant  d’un  million  pour la  construction  d’un  magasin  de  stockage des  sachets ramassés et à  recycler  et  pour  l’achat  d’un  engin, le  hangar  de  stockage  avait  été  réalisé et  le  tricycle  pour  la  collecte  acheté sauf  qu’à  ce  jour  encore le  projet n’a  pas  démarré.
Mamadou Diallo  responsable  d’une  entreprise  de  production  d’eau rappelle :
« il  (le  préfet) nous  a  donné un endroit  où  stocker les  caoutchoucs, on  a financé, acheté  un  tricycle…ce  projet  n’est  pas  pour  le  moment  actif »
Après que  les entreprises de  production  se soient  acquittées du  montant  demandé  Hamid  Diallo  responsable  de  l’une  d’elle estime  que  le  collectif  a  joué  sa  partition  et que  la  balle  se  trouve  désormais  dans  le  camp  du  préfet.
Aux premières  lueurs  du  projet, Mamadou  Cellou Diallo  avait  été  choisi par  ses  pairs pour  suivre  l’évolution  du  bébé commun, il  affirme  que le  tricycle  destiné  à  la  collecte  a  été  mis  à  disposition d’une association locale  qui  l’exploite  dans  son  intérêt propre. Aussi comme  frein au  projet  il  cite le  fait  que le  site  de  stockage  soit  temporaire et  le  mutisme  de  l’autorité  préfectorale  qui  n’appelle   plus  à  des  réunions  depuis  belle  lurette.
De nos  jours  le  hangar  a  été démantelé et le  tricycle  du  projet fonctionne  au  bénéfice  d’une  association  locale .
Il ne  reste  plus  qu’à  rencontrer  le  préfet de  Labé  pour  qu’il  éclaire  la  lanterne citoyenne  sur les  causes  de  ce  blocus et  dans  quelle  mesure cette mesure  alors prometteuse  peut  se  relancer.
          Ousmane K. Tounkara
 

AUCUN COMMENTAIRE