Au deuxième jour de résistance active contre le système e place et ses velléités révisionnistes, les citoyens de Lelouma ont eu raison  du préfet qui a pris la poudre d’escampette.

Joint au téléphone ce matin du mercredi le président du conseil communal de Lelouma Moustapha Baldé a confirmé le départ du préfet Deen Camara.

Selon l’autorité communale le préfet qui était visé par la foule  a dû se réfugier chez un sage toute la journée et ne voulait pas abdiquer  mais devant l’insistance du maire et d’autres notables, il a abdiqué prenant départ vers 18h.

« je crois qu’il a passé la nuit vers Telemelé… »

Ses deux secrétaires généraux ont dû sortir en pleine nuit, eux qui étaient réfugiés chez un autre sage.

Pour le bilan matériel, la résidence des préfets de Lelouma, cadeau d’un natif de la zone depuis des lustres a été mis à sac e les véhicules de commandement des deux secrétaires généraux ont payé les frais de la colère populaire.

L’une a été incendiée et l’autre arrosé de cailloux.

Le maire a avoué que les militaires déployés au premier jour  de la résistance  ont attiré l’hostilité des jeunes qui sont parfois venus les provoquer armé de pierres  mais il a salué le professionnel de leur commandant qui a dit : « je ne vais pas tirer sur un fils de ce pays et nous sommes là pour protéger pas pour tuer… »

Ousmane K. Tounkara