L’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) en visite en Guinée

L’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) rencontre le ministre de la santé
L’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) rencontre le ministre de la santé

L’Unité de coordination du partenariat de Ouagadougou (UCPO), effectue une mission en Guinée dans le cadre de la mise en œuvre de son plan d’action 2019/2020 après celle de la Côte d’Ivoire et qui se poursuivra dans les neuf pays francophones de l’Afrique de l’Ouest à savoir : Benin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo)

Cette mission de deux jours a pour objectifs d’introduire la nouvelle Directrice de l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) et son équipe et de renforcer les relations avec le Ministère de la Santé et faire le plaidoyer pour l’accélération des interventions de planification Familiale (PF) en vue de l’atteinte des objectifs du Partenariat en guinée en 2020 pour le repositionnement de la planification familiale dans les politiques et stratégie.

Elle mettra aussi à profit cette mission pour discuter avec les responsables centraux du Ministère de la Santé, les points focaux, les partenaires techniques et financiers et les organisations de la société civile, sur les priorités et les opportunités de la Guinée dans le domaine en de Planification familiale et les actions de plaidoyer à mener ; et Informer toutes les parties prenantes sur les activités stratégiques 2019/2020 de l’UCPO et obtenir leurs appuis dans leur mise en œuvre.

Dans la journée du 07 octobre, la mission à rencontrer le ministre de la santé et son cabinet. La rencontre a permis à la directrice de l’Unité de coordination du partenariat de Ouagadougou Dr Fatoumata Haidara de donner l’objectif de sa mission en guinée, de ses perspectives dans le repositionnement de la planification familiale dans l’ensemble des neufs pays de l’Afrique francophone du partenariat de Ouagadougou.

Le ministère de la santé à travers le ministre et de son équipe tout en remerciant Mme la directrice de l’unité de coordination du partenariat de Ouagadougou, a aussi exprimé tout son intérêt à recevoir cette mission en terre guinéenne. Il a par la même occasion donner l’évolution de l’engagement pris par le ministère lors de la réunion annuelle du partenariat de Ouagadougou en 2017.

Selon le conseiller technique ces engagements se réalise tout doucement. Au jours d’aujourd’hui, nous somme à 11% de la prévalence contraceptive. Aussi avec le partenaire nous sommes en train de développer la santé communautaire qui constitue aujourd’hui un enjeu essentiel de développement, en ce qu’elle peut contribuer à répondre de manière efficace aux problèmes de santé par l’engagement des communautés.

Outre l’audience avec Monsieur le Ministre Santé, la mission du Partenariat de Ouagadougou, à rencontrer la société civile également rencontrer les autres partenaires intervenant dans la Planification familiale (PF) en l’occurrence, l’UNFPA, l’UNSAID et les Organisation de la Société Civile (OSC/PF).

Pour la Présidente de la Coalition des Organisations de la Société Civile pour le positionnement de la planification familiale  Dr Bintou Bamba, C’est un plaisir au nom de la Coalition des organisations de la société civile pour le repositionnement de la planification familiale de vous dire merci pour le déplacement à la fraternité médicale de Guinée

Notre pays a eu le privilège d’abriter la 6ème réunion annuelle du partenariat de Ouagadougou en décembre 2017 qui selon la directrice d’alors étais la meilleure rencontre depuis 2012 rappel Dr Bintou Bamba.

Selon elle, la société civile reconnue pour son rôle de leadership et de veille a été impliqué des septembre 2012 suite à la rencontre de la société civile sur le repositionnement de la planification familiale à Sally au Sénégal. A votre nom nous saluons et soutenons la nouvelle équipe du partenariat de Ouagadougou pour une bonne réussite des ambitions et perspective qu’elle s’est fixer.

Ensemble nous allons faire avance le processus afin d’amener plus de femme à adhérer à la contraception   afin de sauver nos femmes, nos sœurs et nos filles.

Mme la directrice de l’Unité de coordination du partenariat de Ouagadougou Dr Fatimata  Haidara, a à son tour remercier les participants pour avoir pris de leur précieux temps pour répondre favorablement à m’invitation et à prendre part activement aux différente discussion dans le cadre du renforcement des relation entre la société civile et le partenariat de Ouagadougou.

Elle a par la même occasion fais savoir l’objectif de sa mission en Guinée qui selon elle se résume en deux à savoir instaurer davantage les connaissances entre son institution et la société civile et renforcer la collaboration et le partenariat qui les lient dans le cadre de la promotion de la santé, de la Planification familiale et de la santé de la reproduction en général en Guinée.

Dans la même lancé Mme la directrice du partenariat de Ouagadougou a mis un accent particulier sur les résultats encourageants obtenus tant en Guinée que dans la région depuis le lancement du partenariat de Ouagadougou en 2011.

Le Partenariat de Ouagadougou travaille en étroite collaboration avec les OSC pour accompagner nos pays dans la mise en œuvre de leurs engagements en vue d’atteindre les objectifs fixés. Pour la Guinée, il s’agit d’atteindre comme vous le savez déjà, 165 000 femmes additionnelles utilisant une méthode moderne de contraception entre 2016 et 2020 affirme Mme la directrice.

Selon elle ses résultats ont été obtenus grâce aux efforts conjugués de toutes les parties prenantes (gouvernements, partenaires techniques et financiers, professionnels de santé, communautés et Organisation de la Société Civile (OSC).

Pour la Guinée, les estimations Track20 de 2019 donnent plus 100 mille utilisatrices additionnelles de méthodes modernes de contraception depuis 2016. Et la prévalence contraceptive est désormais passée à deux chiffres (11%) conclut-elle.

Kadiatou Thierno Diallo

Journaliste