A LA UNENouvelles des Regions

Lola: l’école primaire Centre 1 de Guéasso en état de délabrement poussé

L’école primaire Centre 1 de la commune rurale de Guéasso, préfecture de Lola

L’école primaire Centre 1 de la commune rurale de Guéasso, dans la préfecture de Lola, n’échappe pas à cette triste réalité sur le mauvais état de nombreux établissements scolaires de l’intérieurdu pays. En plus du mauvais état de l’infrastructure, les matériels et équipements sont très délabrés au grand dam des autorités éducatives de la localité. Tel est le constat fait sur place par notre correspondant.

Murs fissurés et délavés, plafonds et tôles troués, manque de table-bancs, absence d’outils informatiques… Tel est l’état dans lequel se trouve l’école primaire « Centre 1 » de Guéasso à moins d’un mois de l’ouverture des classes au compte de l’année scolaire 2022/2023.

L’école de 4 bâtiments avec 9 salles de classe et 2 bureaux est en état de vétusté très avancé. Depuis sa construction en 1961 par la communauté, elle n’a jamais connu de rénovation. Au grand dam des écoliers qui fréquentent ce centre du savoir, le plus grand centre de la sous-préfecture de Guéasso.

Interrogé sur cette situation par notre correspondant, le Directeur sous-préfectoral de l’éducation de Guéasso, Fassou Yomata Loua, a décrit les difficultés saillantes. Selon lui, les cours sont souvent interrompus à cause des fortes pluies accompagnées de vents violents.

 »Nous voulons que l’école mère (centre 1) de Guéasso soit rénovée. Nous ne faisons que peiner. L’école mère de Guéasso est assez dégradée. En cas de fortes pluies, on est souvent obligé d’arrêter les cours et de libérer les élèves pour que chacun rentre chez lui. Parce que les bâtiments sont trop anciens. Les salles de classe sont vides de table-bancs, les peintures sont dégradées, les plafonds et les tôles sont troués. Nous avons des problèmes d’infrastructure et logistiques en général. On nous exige des documents en version électronique. Alors que les directions ne sont pas équipées d’ordinateurs. Il n’y a pas d’électricité, il faut souvent se déplacer, aller dans les petits cybers voire même partir à Lola pour faire ce travail », a-t-il déploré.
Selon le Directeur Sous-préfectorale de l’Education, c’est grâce à l’appui de la mairie de Guéasso que l’examen d’entrée en 7ème année a pu se tenir dans cette localité pour la session 2022.

A LIRE =>  Actualité guinéenne : Résumé de la journée du mercredi 24 août 2022

 »Au début de l’année dernière, on a remonté des besoins en table-bancs. Ce n’est pas venu. Si ce n’était pas l’apport de la mairie, on ne pouvait même pas organiser des examens ici. Et cette année encore, dans toute la sous-préfecture de Guéasso, avec l’effectif prévisionnel, nous prétendons avoir, promus et redoublants y compris, 2832 élèves pour 1179 filles et ça devra nous faire 97 groupes pédagogiques. Et pour le besoin en personnel, On aura besoin de 43 enseignants titulaires. Et à l’allure où nous allons, il nous faudra 3 centres dans Guéasso centre. Si les problèmes d’ordre matériel et infrastructurel ne sont pas réglés, il y aura beaucoup de problèmes l’année prochaine », a-t-il indiqué.

Stéphane François Tato depuis N’zerekore pour Aminata.com

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »