A LA UNEAfrique

Loi sur la mise en place d’une CENI politique: Lansana Diawara qualifie les politiciens de « délinquants et de vautours »

Le Directeur exécutif de la Maison des Associations et ONG de Guinée (MAOG), est monté  au créneaux contre des hommes politiques à l’occasion d’une manifestant de protestation contre le projet de la nouvelle loi sur la CENI à l’hémicycle du palais du peuple où  les députés devaient voter cette loi.

Ces élus  du peuple voulant voter cette nouvelle loi sur la mise en place d’une CENI politique. Ils ont été surpris de l’arrivée massive de certains activistes de la société civile dans l’hémicycle pour manifester leur désapprobation contre ce projet de loi qui favorise les formations politiques.

Suite à  cette situation, les travaux des députés ont été interrompus, à la clôture de la session de loi de ce jeudi 05 juillet 2018, qui  n’a pas finalement eu lieu.

Au sortir de la salle de l’hémicycle, Lansana Diawara, directeur exécutif de la maison des Associations et ONG de Guinée (MAOG) a dénoncé qu’ils veulent davantage politiser la CENI qui va créer d’autres problèmes dans l’avenir de notre pays. « Si souvent, il y a eu des problèmes au Sein de la  CENI,  parce que , cette institution a été foncièrement politique. La manifestation  est un début d’action que nous avons entamé aujourd’hui qui sera poursuit dans les jours avenir » prévient-il.

A LIRE =>  Communique de la Coordination Nationale des Foulbhés et Haali-Poular de Guinée,

« Vous voyez on est  entrain de traverser des problèmes par ci par là, il y a le problème de carburant , aujourd’hui, c’est la CENI qu’on veut prendre en otage à plus de 90% composée d’hommes politiques .Mais, pour la majorité venant de deux formations politiques alors c’est comme si la Guinée se résume au RPG et de  l’UFDG . Cela est inadmissible pour nous. C’est  un frein à la démocratie, à la liberté d’expression , mais également à la paix. Nous disons donc halte à ces délinquants politiques, à ces vautours politiques. Les agissements, on ne peut pas l’admettre, une loi mal prise n’est pas applicable  dans le pays », a martelé M. Diawara.

Lors de la manifestations dans l’hémicycle du palais du peuple, plusieurs acteurs de la société civile ont été  violentés par les forces de l’ordre présent au parlement.

Zézé Enema Guilavogui pour aminata.com

Tel:(+224) 622 34 45 42

zezeguilavogui661@gmail.com

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks