Linsan (Kindia) : ouverture du procès des 23 responsables locaux de l’opposition

L'entrée du tribunal de première instance de Kindia
L'entrée du tribunal de première instance de Kindia

La sous-préfecture de Linsan est à une soixantaine de kilomètres du chef-lieu de la Préfecture.  Après des élections communales et communautaires, des échauffourées ont éclaté dans cette partie de Kindia. Bilan, un camion réduit en cendre et des maisons calcinées. 23 personnes ont été interpelées. Leur procès a donc été ouvert ce mercredi 16 mai 2018 au tribunal de première instance de Kindia.

Parmi ces 23 interpelés figurent des femmes et filles et des personnes âgées. C’est seulement 8 accusés qui ont défilé le mercredi 16 mai 2018 à la barre. Le débat a été houleux. Selon maitre Salifou Beavogui avocat  à la cour qui  s’est prêté aux questions des journalistes au sortir de l’audience, ses clients sont ‘’injustement et arbitrairement privés de leur liberté’’. Après plus  de trois mois de prison, maitre Beavogui reste convaincu, que  ces accusés recouvreront leur liberté. Un dossier d’ailleurs, jugé vide par cet avocat. « Les débats ont démontré que toutes les personnes qui ont comparu  ne peuvent être retenu dans les liens de la culpabilité pour les infractions de destruction des édifices privés et de vol de numéraires. Nous avons constaté que des enquêtes ont été malmenées. Elles n’ont pas été opérées pour mettre la main sur les véritables coupables. Mais plutôt, nos clients ont été raflés», a-t-il expliqué.    Nous y reviendrons

Abdoulaye Bangoura correspondant d’aminata.com