a Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL) cessera officiellement ses opérations vendredi après avoir aidé le pays d’Afrique de l’Ouest à passer d’une guerre civile destructrice à une ère de paix pleine d’espoir.

La conclusion de l’opération de maintien de la paix qui a duré 15 ans intervient après à une élection historique qui a vu la première passation de pouvoir d’un Président élu à un autre en 70 ans. S’exprimant au nom de nombreux Libériens lors de son investiture, George Manneh Weah, a remercié l’ONU pour avoir aidé à rendre cette alternance politique pacifique possible.

« Dans nos jours les plus sombres, l’ONU est restée à nos côtés », a-t-il déclaré lors de son discours d’investiture en janvier.

Ancienne star du football, M. Weah a remporté l’élection présidentielle à l’issue de deux tours de scrutin en décembre 2017, succédant à Ellen Johnson Sirleaf, qui était à la tête de l’Etat libérien depuis 2006.

S’exprimant la semaine dernière à Monrovia lors d’un événement marquant l’achèvement de la MINUL, M. Weah a promis que le bon travail réalisé par l’ONU ne serait pas oublié. « Nous ne nous battrons plus, nous vous le promettons », a-t-il dit.

Premier pays indépendant d’Afrique, le Libéria a connu près d’un siècle et demi de stabilité avant de sombrer dans le chaos, subissant deux guerres civiles dévastatrices entre 1989 et 2003.

Plus d’un quart de million de Libériens ont été tués et près d’un tiers de la population a été déraciné. Selon certains rapports, 80% des femmes et des filles libériennes ont été victimes de violences sexuelles liées au conflit.

Des Casques bleus pakistanais sont arrivés sur leur lieu de déploiement peu après que le lieutenant-général Daniel Ishmael Opande, Commandant de la force de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL), en a donné l’ordre.Photo ONU
Des Casques bleus pakistanais sont arrivés sur leur lieu de déploiement peu après que le lieutenant-général Daniel Ishmael Opande, Commandant de la force de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL), en a donné l’ordre.
La MINUL a été créée en octobre 2003
En octobre 2003, le Conseil de sécurité des Nations Unies a créé la MINUL, les violences ayant persisté même après que les factions belligérantes aient convenu d’un cessez-le-feu et d’un plan de reconstruction politique.

Alors que les soldats de la paix arrivaient dans le pays, « tout le pays était dans la tourmente », se souvient le Général Daniel Opande, qui fut le premier commandant des forces de l’ONU au Libéria. « Les gens se déplaçaient d’un endroit à l’autre, en quête de sécurité ou de nourriture ».

Une fois la sécurité rétablie au Libéria, plus d’un million de réfugiés et de personnes déplacées ont pu retourner dans leurs foyers. Depuis l’arrivée de la MINUL, le gouvernement a rétabli son autorité dans tout le pays et a pu organiser avec succès trois élections présidentielles.

Environ 16.000 membres du personnel de l’ONU de plus d’une douzaine de pays ont servi au sein de la MINUL. Leur service n’a pas été exempt de sacrifice : 200 Casques bleus ont perdu la vie suite à des maladies, des accidents ou d’autres causes alors qu’ils servaient au Libéria.

Alors que la paix semble hors d’atteinte dans de nombreuses parties du monde où sont déployées les forces de l’ONU depuis des années, la conclusion favorable de la MINUL est un succès pour le maintien de la paix des Nations Unies qui compte 110.000 hommes et femmes déployés dans 15 opérations dans le monde.

En visite à Monrovia la semaine dernière, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina J. Mohammed, a rappelé qu’une génération plus tôt, l’Afrique de l’Ouest était dans une situation différente d’aujourd’hui : le Libéria et la Sierra Leone étaient en « chute libre » et la Côte d’Ivoire était plongée dans une crise.

Depuis, les missions de maintien de la paix en Sierra Leone et en Côte d’Ivoire ont achevé leurs mandats. Maintenant, « la fermeture de la MINUL marque la transition des trois pays vers la paix et la démocratie », a souligné Mme Mohammed.

Dans une déclaration au Conseil de sécurité à New York cette semaine, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a salué les succès des opérations de maintien de la paix en Afrique de l’Ouest tout en soulignant les « sérieux défis » auxquels sont confrontés les opérations actuellement déployées dans plusieurs autres pays africains.

M. Guterres a appelé à davantage de progrès dans l’équipement et la préparation militaires, des mesures plus fortes pour lutter contre l’exploitation et les abus sexuels et plus de clarté sur les limites et les rôles des forces de l’ONU.

« Simplement dit, les opérations de paix ne peuvent pas réussir si elles sont déployées en lieu et place d’une solution politique, plutôt que d’appuyer cette dernière », a souligné le chef de l’ONU.

Douglas T. Coffman
Douglas T. Coffman coffmand@un.org

PARTAGER