orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

Wangari Maathai, lauréate du prix Nobel et nouvelle messagère de la paix des Nations Unies (au premier rang, quatrième à partir de la droite)
Wangari Maathai, lauréate du prix Nobel et nouvelle messagère de la paix des Nations Unies (au premier rang, quatrième à partir de la droite)

« L’héritage de Wangari Maathai est toujours vivant », « déclare sa fille Wanjira à l’occasion de la Journée africaine de l’environnement

Raphael Obonyo

 

UN Photo/Mark Garten

Le 3 mars, la Journée africaine de l’environnement, instituée par l’Union africaine, marque également la Journée Wangari Maathai qui célèbre le travail de l’environnementaliste kenyane, le professeur Wangari Maathai. En 2004, le professeur Maathai est devenue la première femme africaine à recevoir un prix Nobel de la paix « pour sa contribution au développement durable, à la démocratie et à la paix ». L’année 2021 marque le dixième anniversaire de la mort du professeur Maathai. Sa fille, Mme Wanjira Mathai, s’est entretenue avec Raphael Obonyo  d’Afrique Renouveau de la transmission de l’héritage de sa mère : en voici des extraits :

 

 

Wanjira Mathai : Merci d’honorer cette journée, la Journée Wangari Maathai, la Journée africaine de l’environnement et la Journée mondiale de la faune sauvage. C’est une triple journée de célébration !

Pouvez-vous commencer par nous parler un peu de vous ?

Je suis mère de deux filles et je me considère comme l’une des dépositaires de l’héritage de ma mère, la regrettée écologiste Wangari Maathai. J’ai été honorée de travailler avec elle pendant 12 ans et ce fut pour moi un moment d’ouverture, d’inspiration et d’apprentissage. J’ai une formation en santé publique et en affaires, et une fois, j’étais à la maison pour un break quand ma mère m’a dit : « Viens travailler avec moi, aide-moi dans cette tâche ». Alors, en travaillant avec elle, j’ai été entraînée dans sa vie et sa passion au sein de son organisation – le Green Belt Movement. J’ai passé ces années à comprendre ce qui la motivait. Elle était un bon exemple de quelqu’un qui travaillait littéralement au maximum de sa passion.

Comment cela ?

Ma mère était passionnée par l’environnement et les gens, en particulier les plus vulnérables, les femmes et les jeunes. Elle cherchait toujours comment elle pouvait utiliser la nature pour générer des revenus. Malheureusement, elle est décédée en septembre 2011. Nous avons créé la Fondation Wangari Maathai pour poursuivre son héritage. Je suis la présidente de la Fondation, et notre travail se concentre sur le leadership des jeunes, en les inspirant à développer le message de Wangari Maathai.

 

Interview vidéo complète de Mme Wanjira Mathai avec Raphael Obonyo pour Africa Renewal parlant de la poursuite de l’héritage de sa mère (en Anglais)

Quel était son message aux jeunes ?

La persévérance, la patience et l’engagement. C’est ce qui reste au cœur du travail de la Fondation Wangari Maathai. Nous sommes également fiers de l’Institut Wangari Maathai qui a été créé à l’Université de Nairobi ( au Kenya) et qui forme actuellement des étudiants en doctorat et en master sur la manière de transmettre directement aux communautés ce qu’ils ont appris en classe, comblant ainsi le fossé entre les connaissances et les pratiques.

Aujourd’hui, 3 mars, le monde commémore la Journée Wangari Maathai et la Journée africaine de l’environnement. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Cela représente beaucoup de choses. L’Union africaine a désigné le 3 mars, qui était déjà la Journée africaine de l’environnement, comme la Journée Wangari Maathai, en reconnaissance de la contribution qu’elle a apportée, de l’empreinte qu’elle a laissée sur l’environnement de l’Afrique et, à bien des égards, sur la faune africaine. Les habitats que ma mère s’est tant battue pour protéger sont très importants pour la biodiversité, et cette journée est donc une reconnaissance particulière. C’est un honneur de grande proportion de la part de l’Union africaine.

Votre mère, feu le professeur Maathai, aurait eu 81 ans en avril 2021. Pouvez-vous nous faire part de quelques mots de sagesse qu’elle vous a transmis et qui sonnent encore vrai aujourd’hui ?

Vous savez, il y a tant de mots de sagesse que j’ai reçus d’elle.  Chaque fois qu’on me pose cette question, une autre me vient à l’esprit. Elle a toujours parlé de patience, d’engagement et de persévérance. L’histoire du colibri était à bien des égards la signature de son message principal. L’histoire commence par

La leçon à en tirer est que vous ne devez pas vous sentir dépassé par l’énormité d’une situation – faites simplement de votre mieux pour aider. Si chacun apporte sa petite contribution, comme le colibri, le changement se produira.

J’ai appris que je ne dois pas me sentir dépassé par l’énormité des défis auxquels nous sommes confrontés – changement climatique ou pauvreté – mais que je dois me demander ce que je fais pour y faire face. Que ma contribution est suffisante – si je fais de mon mieux, avec ce que j’ai, d’où je suis. C’était un conseil vraiment important.

Le professeur Maathai était une combattante pour la justice, et elle en a beaucoup souffert. Comment pensez-vous que cela a influencé votre propre vision de la vie ? 

Eh bien, c’était difficile. Les choses sont différentes maintenant – vous et moi avons une vie complètement différente de la sienne.  Les luttes de l’époque étaient beaucoup plus difficiles. J’ai toujours l’impression que nous n’avons pas beaucoup d’excuses. On m’a beaucoup donné, donc on attend beaucoup de moi.

Les luttes de ma mère ont été difficiles, mais elle y a survécu. J’ai le sentiment que c’était une bénédiction à bien des égards. Elle a fait preuve de beaucoup de courage, et à bien des égards, nous sommes sur ses épaules. Je me sens donc inspirée par son combat, par son parcours. Si elle revenait aujourd’hui et nous trouvait encore là où elle nous a laissés, ce serait très décevant. Notre défi consiste maintenant à relever les défis de notre époque avec le même courage, voire plus.

A LIRE =>  Pour espérer se faire respecter, il faut d'abord pouvoir prendre en charge sa santé, sa nourriture, son éducation et son logement.

Parlez-nous du Green Belt Movement, l’organisation que votre mère a créée dans les années 1970 et qui a mobilisé les communautés locales pour planter des millions d’arbres ?

Je suis toujours, à bien des égards, profondément inspirée par le fait qu’il y a 44 ans, en 1977, ma mère et d’autres ont eu l’idée géniale de lancer le Green Belt Movement pour mobiliser les communautés locales afin de restaurer leurs paysages. Ils étaient en avance sur leur temps. Aujourd’hui, c’est l’une des initiatives et des stratégies les plus importantes pour relever le plus grand défi de notre temps : le changement climatique.

En tant qu’organisation, le Green Belt Movement a ses combats, comme beaucoup d’autres organisations, mais j’espère que ses jours meilleurs sont devant lui, car son travail est crucial pour faire face non seulement au changement climatique, mais aussi pour créer des emplois pour les jeunes, restaurer les paysages, reboiser, créer plus d’opportunités dans l’écotourisme, ainsi que pour l’eau, la nourriture, les médicaments et les autres produits que nous tirons des forêts.

Au plus fort de la pandémie de COVID-19, ici à Nairobi, nous avions la forêt de Karura, le parc Uhuru, le parc de la ville et d’autres endroits où les gens pouvaient aller. Nous savons à quel point la nature est importante pour notre santé mentale. La forêt de Karura était l’un des endroits les plus visités pendant la pandémie, c’était un exutoire merveilleux, mais aussi visionnaire, car il y a 30 ans, ma mère s’est battue avec acharnement pour la préserver.

La Fondation Wangari Maathai cherche à faire progresser son héritage. Quels sont certains des projets que la Fondation mène à bien ?

L’Afrique est le continent qui compte la population la plus jeune de la planète. À la Fondation, nous voulons que la jeune génération s’engage dans l’avenir avec un ensemble de valeurs et de caractère. Nous cherchons à forger le caractère et à inspirer la jeunesse. Nous commençons par les enfants à l’école, en développant des programmes visant à développer l’intelligence émotionnelle et un sens profond de l’intégrité.

Cela fait tout juste un an que vous avez été nommé vice-président et directeur régional pour l’Afrique à l’Institut des ressources mondiales (WRI). Quelles sont vos principales réalisations à ce jour ? Quels sont vos projets ?

Le WRI est un organisme de recherche, donc une grande partie de notre travail consiste à établir des preuves et à les utiliser pour influencer l’évolution des villes, la façon dont les pays donnent la priorité à la nature et la façon dont ils protègent les plus vulnérables.

Notre stratégie est axée sur une transformation inclusive pour les populations et les paysages d’Afrique. Nous proposons de nombreuses données qui démontrent qu’il est judicieux d’investir dans un avenir vert. L’année dernière, nous avons été bloqués, mais nous avons réussi à rafraîchir notre stratégie, à nous concentrer sur moins de choses, moins d’endroits, mais à aller plus loin, et à faire des choses qui sont vraiment transformatrices. Nous devons toucher à la pauvreté et commencer à influencer les moyens de subsistance, en particulier pour les communautés rurales et les plus vulnérables. Si vous regardez les données, environ 80 % de la nourriture consommée dans de nombreux pays est produite par de petits agriculteurs et la majorité d’entre eux – environ 70 % – sont des femmes.

Mme Wanjira Mathai et ses filles.

Quel genre d’initiatives le WRI entreprend-il ?

Nous sommes en train de lancer des initiatives clés. Je suis particulièrement fier de notre travail de surveillance des paysages, qui concerne la restauration. C’est ainsi que nous équipons les responsables de la mise en œuvre sur le terrain des outils, des compétences et des plateformes dont dispose le WRI, et que nous travaillons également avec les gouvernements pour les aider à planifier, contrôler et mettre en œuvre la restauration.

L’autre consiste à travailler avec les départements de planification et les ministères des finances pour plaider en faveur d’une croissance à faible intensité de carbone, en prenant dès aujourd’hui des décisions sur les choix énergétiques, la fabrication et le développement des infrastructures, etc. Une nouvelle économie climatique a besoin d’une nouvelle façon de penser. Nous pouvons fixer nos objectifs et nos plans ambitieux pour 2050, mais vous devez définir cette trajectoire dès maintenant, afin que nous puissions nous diriger vers un avenir à faible intensité de carbone.

Vous êtes une voix de premier plan dans les mouvements environnementaux, féminins et de justice sociale. Parlez-nous des trois réalisations dont vous êtes le plus fier ? 

J’aimerais croire que j’ai joué un rôle en soulignant le rôle crucial que la jeunesse peut jouer dans la transformation de l’Afrique. J’aimerais également croire que j’ai joué un rôle en soulignant l’importance centrale de la restauration des paysages dans la transformation du continent et la façon dont nous abordons la crise climatique. J’ai continué à être un champion de l’action climatique, en particulier de l’adaptation au climat.

Je me considère également comme un grand défenseur de l’Afrique et certainement de la transformation inclusive. Si nous ne sommes pas inclusifs dans la façon dont nous développons nos infrastructures ou dont nous développons notre pays [et notre continent], nous créerons un problème plus important. Nous devons combler ce fossé.

A LIRE =>  COVID-19 : la pandémie perçue comme « une opportunité » par des éducateurs africains ayant participé à un nouveau sondage majeur

Janvier 2021 a marqué le début de la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le changement climatique et pourtant, les actions et les financements actuels en faveur du climat sont terriblement insuffisants. Qu’est-ce qui vous donne l’espoir que nous puissions relever le défi du changement climatique ?

Eh bien, nous devons avoir de l’espoir. Je suis un optimiste et j’opère à partir d’un lieu d’espoir. La crise COVID-19 a montré à quel point nous sommes connectés, que nous ne serons pas en sécurité si seulement quelques-uns le sont, et aussi le rôle central que joue le multilatéralisme.

J’ai donc l’espoir que les engagements pris à Paris seront respectés, que nous mettrons encore plus l’accent sur l’adaptation au climat. Nous devons prendre le changement climatique au sérieux et prévoir les pires scénarios et la préparation aux risques de catastrophes.

Il est effrayant de constater que l’Afrique sera la plus touchée par le changement climatique, même si nous avons fait le moins pour en être la cause. Nous devons vraiment commencer à nous préparer à cela, ce qui implique une augmentation significative du financement de la lutte contre le changement climatique.

Nous devons continuer à exercer une forte pression sur nos partenaires de développement et certainement sur les pays développés, les pays les plus riches, pour qu’ils fixent un prix au carbone et commencent à limiter et à décarboniser leurs économies. Ils doivent être très ambitieux avec leurs contributions nationales déterminées car ce sont eux qui polluent et rejettent la plus grande partie du carbone qui est à l’origine du problème.

Janvier 2021 a également marqué le début des échanges dans le cadre de la Zone de libre-échange du continent africain (Zlecaf) Comment concilier l’industrialisation nécessaire pour sortir des millions de personnes de la pauvreté et la protection de notre environnement ?

La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons faire les deux. L’analyse de l’économie du climat dans différents pays montre qu’il ne s’agit pas d’un compromis, mais d’un faux choix entre l’industrialisation et la protection de l’environnement.  En fait, nous pouvons améliorer le développement économique et la résistance au climat si nous mettons en place dès maintenant certaines priorités. Les choix que nous faisons maintenant sont des signaux importants pour les investissements, afin que nous puissions commencer à construire cet avenir résilient.

La zone de libre-échange d’Afrique ouvre des possibilités vraiment importantes et passionnantes pour le commerce intra-africain. À l’heure actuelle, le commerce intra-africain ne représente que 17 % environ, alors que dans des régions comme l’Europe, il est d’environ (69 %), l’Asie (59 %) et l’Amérique du Nord (31 %) (selon la Brookings Institution, 2017]. Il y a une grande marge de croissance pour le commerce, mais il faut une volonté politique pour mettre en œuvre [l’accord de libre-échange Zlecaf J’espère que nous verrons l’élimination des barrières non tarifaires qui ont maintenu les prix des produits de base à un niveau si élevé. J’ai récemment entendu dire qu’il était moins cher pour l’Afrique du Sud d’importer du riz du Vietnam que du Sénégal où le riz est aussi bon mais plus cher – c’est inacceptable. Pour que l’Afrique se transforme, nous devons augmenter le commerce.

Vous avez travaillé avec beaucoup de jeunes environnementalistes et de champions du climat talentueux. Quel est votre message aux jeunes ?

Tout d’abord, les jeunes sont créatifs et innovants. Selon certaines informations, le Kenya, le Nigeria et l’Afrique du Sud ont énormément bénéficié l’année dernière d’investissements pour de nouvelles idées innovantes, notamment dans l’espace numérique. La transformation numérique va faire une énorme différence pour l’Afrique – les jeunes ont les compétences, les connaissances, l’intérêt, la créativité et l’énergie pour le faire. J’espère que nous pourrons créer le genre de plateformes qui leur permettront de trouver la pleine expression de leur créativité. Le message que je leur adresse est le suivant : trouvez une passion et poursuivez-la.

Enfin, quel est votre principal message alors que le monde se souvient du professeur Wangari Maathai ?  

En cette journée Wangari Maathai, gardons la foi. Elle a toujours été si optimiste quant à l’avenir de ce continent.

Ma mère et moi avons beaucoup voyagé ensemble et elle m’a toujours rappelé la chance que nous avons d’avoir le plus beau pays, le plus beau continent et le plus diversifié des continents. C’est une chose si importante à se rappeler, nous avons la chance d’avoir le meilleur temps du monde, les meilleurs cerveaux, et pourtant nous n’avons pas réussi à percer ce qui nous retient.

Gardons la foi et continuons.  Poussons pour une meilleure gouvernance et pour un meilleur engagement entre nous. Engagez-vous dans les espaces qui vous inspirent, parce que l’avenir de ce continent est grand. Nous devons le faire fonctionner pour que nous puissions en profiter et prospérer pour les générations à venir.

Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus

Afrique Renouveau

Share and Enjoy !

Shares

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Close
Please support the site
By clicking any of these buttons you help our site to get better