Des conducteurs de taxi-motos sur la route nationale Labé-Conakry
Des conducteurs de taxi-motos sur la route nationale Labé-Conakry

Les commerçants du marché central ont rendu visite à la mairie, lundi, peu avant midi.

Dans un vacarme insoutenable où les ‘’amoulanfe » » se disputaient les ‘’nous ne sommes pas d’accord’’, les visiteurs excités ont pris à brule-pourpoint des nouvelles de l’équipe communale et ont eu pour premier interlocuteur, le premier vice-maitre, Aliou Sampiring Diallo qui a à sa façon calmé l’enthousiasme excessif des visiteurs :

« Nous avions la conviction que ceux sont des citoyens et des amis qui viennent nous rencontrer ans l’espoir d’une solution, nous vos élus sommes prêt à vous recevoir, ne serait-ce qu’un seul parmi vous, mais si les parles que vous prononcées sont déplacées on va croire que c’est des agresseurs qui nous envahissent… »

Puis, la parole a échu au porte-voix des commerçants qui s’est ainsi exprimé :

« Les taxes au marché, on payait 9000 pour un bar en dur et 7000 francs pour un conteneur, nous ne refusons pas de payer mais la charge est lourde et il est nécessaire de l’alléger pour nous… »

En conclusion, le président du conseil de ville, Mamadou Aliou Laly Diallo a précisé certains passages dans lesquels, il a titillé la conscience citoyenne en disant qu’en tant que citoyen simple et sans être acteur du marché payer 500 francs par jour pour contribuer au développement.

Il a expliqué que depuis que son équipe est en place pas une subvention n’est arrivée et les impôts les plus importants n’arrivent pas où, il faut.

Plus ferme, le maire a montré des muscles et rappelé que l’espace du marché est un bien communal et pas un particulier ne peut y vendre ne serait-ce qu’un pied de terre.

Ousmane K. Tounkara