Ibrahima Kandja Doukouré
Ibrahima Kandja Doukouré

La différence entre tous les Guinéens qui ont fait de partis ethniques et les débats à connotations ethniques comme leurs fonds de commerce dans la politique est: certains parlent ouvertement de ce qu’ils ont dit en catimini et d’autres n’en disent rien même si tout le monde a un plan secret pour garder le pouvoir qu’il qualifie ethnique et pour en avoir.

De notre côté, on est fidèle à notre vision qui présume clairement que la Guinée n’aura ni la vraie paix ni le vrai développement socio-économique avec aucun parti ethnique. On en a trop vécu pour ignorer ce fait.

Quant à tous ces dangers de la paix et le développement socio-économique, on a deux ennemis à combattre: celui qui dit que le pouvoir est pour nous seuls (notre ethnie) ou celle-ci (cette ethnie) n’aura jamais un président de la Guinée; et celui qui chante que maintenant c’est notre tour (notre ethnie). Aucun de ces deux groupes n’aime ni la Guinée ni les Guinéens.

Les Guinéens seront les seuls à décider de qui seront leurs présidents des uns après les autres jusqu’à la fin du temps. Maintenant, les vrais patriotes se battront pour ce que ces compétitions soient inclusives, transparentes, crédibles, … surtout qu’elles seront uniquement à propos de programmes de société des vrais partis politiques et les compétences de candidats; et ne seront nullement sur les calculs de pourcentages ethniques et les capacités des candidats à mélanger les ethnies en Guinée connus jusque là.

Nous avons tous intérêts à faire nos lois et institutions – si imparfaites ou incomplètes soient-elles – comme les seules références pour nous gouverner, nous aider à choisir ceux qui nous gouvernent, et à résoudre les différends entre nous; et dans le cas contraire, nous nous laissons gouvernés par nos passions et vivons dans la catastrophe politique, sociale et économique. Personne n’aurait ainsi ce qu’il veut et chacun de nous ne penserait qu’à sauver sa propre tête.

PARTAGER