En marge des violences constatées ces dernières heures au niveau de certains points de Conakry entre les militants des partis politiques ,le ministre Kalifa Gassama Diaby est monté au creneau pour denoncer ces debordements constatés en ces periodes de campagne electorale particulièrement agitée avec des accrochages repetés qui ont conduit à beaucoup de blessé en moins d’une semaine du rendez vous electoral prevu le 28 septembre.

Apparemment exaspéré par le tableau peu reluisant en terme de violation des droits de l’homme ,le ministre Gassama s’est  montré incisif “la Guinée est une société malade” a declaré le ministre des droits de l’homme et des libertés publiques avant de rencherir “nous sommes à un niveau zero en politique on est entrain d’habituer les guineens à une violence insupportable; les campagnes sont ménées parfois par des jeunes drogués et soules il revient aux politiques de prendre leur responsabilité” a ainsi ajouté le ministre .
Face à cette montée de violence, le departement en charge de la defense des droits de l’homme par la voix de son ministre s’est egalement orienté sur la faiblesse de l’Etat “l’Etat ne joue pas son role pour proteger les citoyens à travers la justice.Si nous voulons les droits de l’homme,chacun doit jouer son role agir là ou il est car la violence est un echec un Etat qui n’applique pas la loi n’a pas d’avenir .Il ya une forme de haine qu’on est entrain d’installer dans ce pays il revient à l’Etat de proteger les citoyens” soutient Kalifa Gassama Diaby.
Après avoir pointé de doigt les acteurs politiques et l’Etat ,le ministre des droits de l’homme a deploré la peinture donnée à la Guinée à l’exterieur par la spirale de la violence politique imposée aux citoyens.

Idrissa Sompare/aminata.com (224) 666566779/631900090

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here