orange guinee guicopres uba guinee votre
Des membres du Groupe National de Contact pour le Dialogue et la Paix en Guinée
Des membres du Groupe National de Contact pour le Dialogue et la Paix en Guinée

Le Groupe National de Contact pour le Dialogue et la Paix en Guinée dénonce les récentes violences meurtrières et fait une invité aux acteurs

Dans une déclaration rendue publique ce vendredi 13 décembre 2019 à la maison de la Presse, le Groupe National de Contact pour le Dialogue et la Paix en Guinée a dénoncé et regretté les dernières violences qui ont fait plusieurs morts en marge des manifestations du front national pour la défense de la Constitution.

« Au cours de ces trois derniers mois, notre pays a été de nouveau marqué par la succession d’évènements malheureux. En effet, les manifestations ont enregistré de nombreuses arrestations, des blessés graves et des dizaines de pertes en vies humaines, en majorité des jeunes tués à la fleur de l’âge. Cette situation a profondément ému et indigné le Groupe National de Contact à l’image de toutes les personnes éprises de droit, d’humanisme et de paix. Pendant que les familles, parents et des centaines de guinéens attendaient les obsèques de ces fils du pays dans l’honneur, la dignité et la compassion, de nouvelles violences et tueries ont été perpétrées sur les participants rassemblés pour la circonstance et sur les habitants du voisinage. Les processions funèbres à la Mosquée et au cimetière ont été perturbées et les sépultures profanées. Le Groupe National de Contact et de Dialogue pour la Paix en Guinée est fortement choqué et attristé. Il tient à exprimer sa profonde déception dans la mesure où ces agissements caractérisés par une haine incompréhensible et injustifiée mettent à rude épreuve l’unité nationale et la cohésion sociale », peut-on lire dans cette déclaration.

Plus loin ce Groupe National de Contact considère que cette escalade de la violence traduit le comportement indélicat de groupes de personnes hostiles au respect des principes de démocratie et des droits de l’homme.

Selon lui, elle témoigne aussi d’une dérive dangereuse et préoccupante dans la conduite de la destinée commune des guinéens et guinéennes. Pour ce groupe, elle constitue enfin un déni des valeurs séculaires d’humanisme, de fraternité et de solidarité qui fondent notre culture et nos religions depuis des siècles.

Poursuivant, les conférenciers ont tenu à rappeler que ces actes de diabolisation, de stigmatisation et de crimes gratuits contre une partie des guinéens ne résoudront pas les problèmes politiques, économiques et sociaux qui se posent à la Guinée.

À leurs dires, les acteurs politiques de tous bords et les Forces de Défense et de Sécurité doivent bien comprendre que ces violences récurrentes contribuent à cristalliser les clivages et à compromettre durablement la cohésion, la stabilité et la paix dans le pays.

« Les dérives verbales incendiaires, l’utilisation outrancière et désinvolte de l’ethnie et du régionalisme à des fins politiques violent les lois de la république et menacent durablement l’unité nationale. Le Groupe National de Contact est également très préoccupé par le processus électoral qui s’amorce et génère des difficultés majeures dans ses différentes phases d’exécution. L’ingérence notoire des fils ressortissants des préfectures du pays, en complicité avec leurs coordinations, leur notabilité, influencent négativement le fonctionnement normal de l’administration territoriale. Les préfets, les responsables des Forces de Défense et de Sécurité, la justice sont devenues de simples exécutants. Cette situation est à la base du non-respect des décisions de justice, des soulèvements des populations contre l’autorité de l’état.

Le Groupe National de Contact estime que les conditions du débat actuel sur la constitution est une violation de la loi fondamentale actuelle qui régit le fonctionnement de l’Etat jusqu’à nouvel ordre. Elle doit être respectée de tous. Ce débat paralyse l’administration, oppose les citoyens, perturbe l’économie nationale, exacerbe l’ethnocentrisme, corrompt nos transactions économiques et financiers avec l’étranger et occasionnent des pertes en vies humaines. À défaut d’un arrêt pur et simple de ce débat qui n’est fondé ni sur un texte, ni sur un cadre de concertation, le Groupe National de Contact recommande de surseoir purement et simplement à ce débat et arrêter toutes manifestations de part et d’autre », a-t-il indiqué.

Le groupe en appelle à la conscience des acteurs politiques, des Forces de Défense et de Sécurité et du gouvernement pour gérer les contradictions inhérentes à la vie sociale et politique dans le respect des valeurs fondatrices de la devise nationale et dans la préservation des droits à la vie, à l’expression, à la justice et à la paix.

« L’avenir de la Guinée et des guinéens en dépendent car il n’y aura pas de paix et de développement sans la sécurité et la justice pour tous les fils du pays », a-t-il conclu sa déclaration.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »