orange guinee guicopres uba guinee votre

Le 8 mars célébré en Guinée : des femmes restent sur leur faim

A l’instar des autres pays du monde, la Guinée a célébré, la journée internationale de la femme le 8 mars dernier. Lors de la célébration de fête, nombreuses sont des femmes qui sont restées sur leur faim. 

Ce mois consiste à permettre la couche féminine de défendre son droit dans la société. En Guinée, malgré des efforts fournis dans le cadre de l’épanouissement de la femme, le chemin pour lever le défis reste encore longue.
<< La façon dont la fête a été célébrée cette année n’était pas bonne. Récemment on a perdu des enfants qui partaient pour jouer un match de football, en plus on a perdu beaucoup d’enfants dans les manifestations. La moindre des choses, c’était de les accorder une minute de silence avant de commencer les discours. Les femmes qui sont montée sur le podium devraient commencer par ça. Il ne s’agit pas de chanter et de danser seulement. Il faut parler des vrais problèmes des femmes dans le pays. Cette fête est bonne parce qu’elle nous permette de s’exprimer face au monde mais nous les femmes on doit chercher à poser des actes dans le cadre de notre épanouissement. On ne doit pas attendre les hommes, on doit chercher à s’imposer dans la société à travers nos qualités>>, a déclaré Marie Yvonne Koumbassa, syndicaliste.
Parlant de la protection des femmes qui sont souvent victimes de violence des MGF, une activiste de la société pense que la plaie devrait être touchée au cours de la célébration du 8 mars.
<< Vous savez chaque année, c’est les mêmes discours au niveau des acteurs. Le gouvernement doit s’impliquer pour nous aider à réduire les violences faites aux femmes. Moi je ne suis pas satisfaite des discours de nos autorités lors de la fête des femmes au palais du peuple parce qu’il n’ont fait que se répéter>>, a indiqué Binta Nabé, présidente de la Coalition Nationale de Guinée pour les Droits et la citoyenneté des Femmes.
Parmi les violences basées sur le genre, il y a 182 cas qui sont devant la justice. Plusieurs auteurs ont été condamnés ces dernières années en Guinée.
 
Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com
Tél: (+224) 664-17-25-19

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »