Jeudi  dernier le  cecoje de  Labé  a  abrité  l’atelier  régional visant l’instauration  du  conseil  national  des jeunes .

Ils  étaient 116 jeunes  venus  des  communes rurales  et  urbaines  de  la  région à  cet  effet, l’objectif  était  clair avoir  une  structure  nationale  représentative de  la  jeunesse,  chose  qui  n’existe  pas  dans  l’ordre actuel  des  choses.

Habib  Diallo  l’inspecteur général  adjoint  en  mission  du  ministère  de  tutelle a  estimé  que  la  visée est  d’aider  les  jeunes  à  s’approprier les  textes régissant le  conseil  national  des  jeunes notamment  les  statuts, règlements  intérieurs  et critères de  choix avec  obligation  pour  les  délégués  de  restituer  les  conclusions  à  leurs  mandants  au  retour.

Tutelle  directe  des  jeunes  dans  la  préfecture  de  Labé,  le  Directeur Préfectoral  de  la  jeunesse de  Labé,  Thierno  Aliou  Barry a  estimé  que  les  amendements  apportés  par  les  délégués  pourront  être  intégrés au  draft du  document  général  en  gestation.

Présent  aux  assises  le  gouverneur  de  région  Sadou  Keita  a  félicité  de  la  confiance  investie  en  la  jeunesse  avant  de  se dire  enclin  à  accompagner  l’élan.

Si  jusque  là  tout  paraissait  rose ,c’était  sans compter  sur  une autre  partie  de  la  jeunesse  qui  a  dénoncé  des  imperfections  notamment  un  schéma  imposé  contraire  aux  règles  en  la  matière  avant  de  claquer  la  porte .

Fazaziou  Baldé l’ un des  frondeurs   n’a  pas  caché  son  amertume  sur  ce  holdup :

« le processus  est  déjà  biaisé  à  l’avance connaissant  la  charte  africaine de  la  jeunesse ,la  plupart  de  ces  visages que  j’ai  vus  dans  la  salle  ne  sont  pas  jeunes,il  a  été  demandé  à  tous  les  jeunes de  Labé qui  veulent  participer  de  venir mais  tel  n’est  pas  le  cas,c’est  des  textes  élaborés à  l’avance…. »

Saikou  Amadou  Baldé, lui  avait  été  mandaté  par  certains  jeunes  pour  les  représenter  à  sa  grande  surprise  c’est  au  cœur  de  l’instance  qu’il  s’est  vu  signifier  son  remplacement  sur  un  avis  de  la  commune .S’il  ne  comprend  pas  ce  qu’il  s’est  passé le  DPJ  Thierno  Aliou  Barry  a  estimé  que  devant  l’absence  d’un  consensus  la  commune  est  souveraine  pour  proposer  des  jeunes.

                                                                                                     Ousmane  Koumanthio  Tounkara

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here