Labé : un ancien policier de la CMIS de Yattaya appréhendé en situation irrégulière

Un ancien agent de la CMIS de Yataya a été appréhendé dans la soirée du jeudi à la gare routière de Donghora alors qu’il tentait de négocier une course sur Tougué. Pour ce qu’il lui a valu de se faire gauler, Saikou Yaya Diallo portait des armes blanches, qu’il gardait dissimuler dans un sac notamment un couteau, des lames de rasoir, des cachets d’un produit pharmaceutique et de l’argent.

Se pourparlers avec les deux premiers conducteurs de taxi qu’il a abordés n’ont pas porté fruit et il a jeté son dévolu sur un troisième visiblement plus flexible et à qui il a adjoint être prêt à payer la course même à 500 000 s’il le fallait.

C‘est dans cette posture, qu’un vieil homme qui observait la scène a aperçu le couteau dissimulé et averti le responsable de la guerre pour qu’’ils puissent prendre toutes le infos possibles su l’homme avant qu’il ne déplace un des leurs.

A son tour, le responsable de la gare a saisi sa hiérarchie qui a débarqué sur les lieux avec l’escadron mobile numéro 8 pour tenter de neutraliser l’homme.

A l’arrivée de l’escadron, le jeune homme en état d’ébriété était assis sur la cour du cimetière situé à quelques mètres de la gare et comprenant que les agents de la gendarmerie en avaient après lui, il a sorti son couteau pour se défendre, alors en un rapide tour de mains, il a été neutraliser et dessaisi de son arme.

L’attroupement a attiré des curieux et les taxis motos déchainés ont commencé à réclamer la tête de l’homme pour le lyncher, alors des jets de projectiles ont commencé blessant un gendarme et un conducteur de taxi moto.

L’homme sera extirpé de ce mouvement de foule pour le siège de l’escadron à Kouroula, après une fouille au corps, une carte d’agent de CMIS sera trouvée sur lui et pour cette raison les services régionaux de police ont été alertés et sont venus chercher l’homme qu’ils ont trimballé à l sureté régionale.

Au matin de ce vendredi, le directeur général adjoint de la sureté a transmis comme information aux responsables syndicaux que l’homme est un déficient mental, rencontré sur la question de ce transfert du suspect de la gendarmerie à la police, il a feint de ne pas savoir ce dont il est question.

Maintenant la question qui se pose est pourquoi le DGA de la sureté a agi de la sorte. Voudrait il magouiller ou par simple solidarité de corps ? Va savoir.

Ousmane K. Tounkara