En ce  deux  octobre l’anniversaire   la  proclamation  de  l’indépendance  de  notre  pays a  été  célébré  à  la  place  des  martyrs de  Labé située  en  face  du  stade  Elhadj  Saifoulaye  Diallo.

Pour  l’occasion  tous  les  corps  militaires  et  paramilitaires  ont  été mobilisés ainsi  que  les  représentants des  services  de  l’Etat  dont  les  administrateurs  les  plus  haut perchés à  savoir  gouverneur, Préfet  et  président  de  la  délégation  spéciale.

Deux  discours  ont  été  prononcés  pour  la  circonstance celui  du  préfet  Safioulaye  Bah  et  celui  autre  du  gouverneur  de  région  Sadou  Keita.

Pour le  préfet  de  Labé,  Safioulaye  Bah le  fond  du  discours  est  axé  sur  la  nécessité de  l’unité  nationale :

« 59  ans après  l’indépendance nous  avons  traversé  toutes  les  joies, toutes  les  peines, toutes  les  misères, toutes les  réussites, il  est temps  que  l’opposition et  la  mouvance  se  donnent les  mains  parce  que  chacun  dans  son  projet  de  société souhaite  développer  le  pays. »

Comme un nostalgique  du  premier  régime le  gouverneur  Sadou  Keita  a  essayé  de  redorer  le  blason  du   premier  régime  en  mettant  plus  de  poids  sur  la  face  lumineuse  du  régime  de  l’homme  du  28  septembre.

« nous  reconnaissons  que  le  régime de  Sékou Touré  a  eu  ses  faiblesses ,c’est  quand on gère  qu’on commet  des erreurs mais  nous  reconnaissons  aussi  que  son  règne a  connu  des  séquences. La  démocratie n’est  pas  née  aujourd’hui, sous  son  règne on  a  connu  la  démocratie  nationale…En  1984  Ahmed  Sékou  Touré  a  laissé118  industries, on  ne  parlait  pas  de  chômage pendant  les  26  années parce que  c’était  un  régime  étatique…. Le  secteur  privé  était  considéré  comme  un  secteur  anti peuple… »

La  nouba  du  camp  Elhadj  Oumar  a  agrémenté  la  cérémonie  officielle  quelques  minutes  encore après  le  départ  des  officiels  et  sous  l’œil des  quelques  citoyens  de  la  ville qui  ont  bien  voulu  faire le  déplacement constatant  du  coup  et  de  visu  la  différence  des  célébrations actuelles  comparées  à  celle  d’avant qui  étaient  plus  lumineuses.

Il  faut  noter  qu’un  petit  crachin  matinal  s’est  invité un  quart  d’heure  avant  la  commémoration    de  la  fête  nationale à Labé.

Ousmane Tounkara pour Aminata.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here