Labé : la villa Syli à l’épreuve du temps et de l’incivisme de certains cadres locaux

Une route dans l'enceinte de la villa de Syli à Labé
Une route dans l'enceinte de la villa de Syli à Labé

Patrimoine national témoin de la naissance de l’ORS devenue dans la foulée OMVS et seul endroit local a avoir accueilli 4 chefs d’État, la villa Syli située au quartier Tata 1 est aujourd’hui en plus de sa dégradation est devenue une sorte de chambre de passe pour certains cadres hauts perchés qui viennent y assouvir leur appétit sexuel sur des jeunes filles à peine pubères.

Sous le magistère du commandant Lamarana Bah à la préfecture, les lieux avaient été confiés à Mamadou Diouldé Dionfo Diallo venu remplacer le doyen Racine Taran Diallo mis à la retraite.

Sur le nouvel usage de la villa Syli joint au téléphone, le préfet Safioulaye Bah a tenu a rappelé que lors de son premier passage à la préfecture,Le préfet a aussi estimé que la situation en cours à la villa est tributaire à son prédécesseur qui en avait confié la gestion à un jeune homme et passé un accord avec certains occupants qui en profitent pour animer des soirées folkloriques.Pour sa part, il a été à l’instigation d’un projet qui a été validé avec un financement disponible et une prospection a été faite.

Le préfet en a profité pour demander aux jeunes de s’impliquer car a- t- il dit, il y a des choses qu’il sait et pour lesquels son engagement ne fera pas défaut mais pour celles qu’il ne sait pas <<dès que je suis au courant, je ferai en sorte que ça marche.>>

Hormis la villa Syli, les autres dépendances militaires voisines notamment les ruines de l’aéroport sont devenus des débits de boisson et de rendez vous galants.

Brève piqûre historique, la villa Syli porte de nos jours encore le passage des présidents Sékou Touré, Mouctar Ould Dada, Leopi Senghor et Modibo Keita notamment une une pierre commémorative et 4 plantes enfouies dans le sol par les 4 hommes d’Etat un certain 28 mars 1968.

Ousmane K. Tounkara