Labé : la chienlit se poursuit entre heurts et rackets

Une voiture brulée au beau milieu de la route lors d'une violente manifestation
Une voiture brulée au beau milieu de la route lors d'une violente manifestation

En ce jour trois des manifestations impulsées par le FNDC, Labé continue de soutenir la cadence et la paralysie est de mise même si sur le marché  des légumes de bonne heure bien de personne profitent de la lente mobilisation pour faire des provisions. Comme les deux premières journées les écoles sont fermées,ainsi que les banques et l’essentiel des magasins et boutiques est resté fermé.

La ville ressemble à une ville sortie de longs mois de crise avec des barricades et des résidus des torches de pneus et des pierres, où des jeunes parfois prépubères sèment la loi en ranconnant les passants.Parfois sur une distance de deux km dix barrages sont érigés.C’est le cas de l’axe Tinkisso-carrefour Radar en banlieue sur la route nationale.

Sur cette question, le coordinateur locale du FNDC Alhabiib Bah est clair,<<… ceux qui extorquer ne sont pas nos militants>>.

Younoussa Baldé, autre leader du FNDC a pour sa part appelé les jeunes à se rabattre sur les infos du FNDC et d’avoir surtout de la retenue devant tout acte répréhensible.

De façon sporadique, plusieurs fois de la journée des heurts sont survenus entre manifestants et forces de l’ordre mais le théâtre le plus chaud de ce bras de fer est de loin le rond point de l’hôpital régional où forces de l’ordre ont passé de longues heures à se mesurer dans un scénario digne de l’Intifada palestienne avec gaz contre cailloux et comble de l’intenable certains tubes de gaz tombaient carrément dans la cour de l’hôpital.

Dans l’après midi, le maire et son adjoint, le député de la ville et les commandants de la police et de la gendarmerie ont tenté de raisonner les manifestants qui ont répondu par des cris de conspuation à leur endroit.

Ousmane K. Tounkara